Le secrétaire général adjoint des Nations-Unies, Jean Pierre Lacroix, chargé des opérations de maintien de la paix en fin de visite de terrain en Centrafrique a rencontré le comité d’organisation du dialogue républicain et tous les membres du comité pour discuter sur les enjeux et les orientations de cette assise nationale qui se pointe dans un futur proche dans la capitale Bangui.

En effet, les autorités centrafricaines se mettent au four et au moulin pratiquement tous les jours pour la mise en œuvre de ce dialogue républicain. Ainsi, sur invitation des autorités nationales, le Secrétaire Général Adjoint des Nations-Unies Jean Pierre Lacroix a participé à la réunion du comité d’organisation de ce dialogue républicain. Les Nations-Unies au travers de la Minusca contribuent financièrement pour la réussite de ces pourparlers entre les centrafricains afin de consolider la paix.

A la sortie de cette rencontre, Jean Pierre Lacroix a fait savoir à la presse que : « C’est un grand honneur et un plaisir d’être invité à cette réunion et de suivre l’état de préparation de phase ultérieure de ce dialogue et aussi de constater l’engagement des participants et de la détermination à faire en sorte que ce dialogue réussisse. C’est effectivement un objectif ambitieux dont les enjeux sont particulièrement vitaux pour la République Centrafricaine ».

A en croire le SGA Jean Pierre Lacroix,  c’est très encourageant la voie entreprise par les autorités centrafricaines pour réussir ce dialogue dit inclusif : « Nous sommes convaincus que le dialogue républicain inclusif, transparent et associant toutes les forces vives politique de ce pays, la société civile et les partenaires sera un dialogue réussi, qui constituera un pas en avant, très significatif pour trouver des solutions aux défis auxquels la République Centrafricaine est confrontée ».

La confiance et l’espoir que ce dialogue soit un succès et le souhait de tout un peuple de s’affranchir de la vérité, qui va permettre aux forces vives de s’engager dans une discussion ouverte et transparente de tous les problèmes essentiels de la République centrafricaine et de s’exprimer librement. Ils doivent faire des propositions qui permettront au pays de prendre un nouvel élan.

Jean Pierre Lacroix soutient que les groupes armés ont un cadre propice, l’APPR pour continuer le dialogue.

En outre, le ministre Directeur de Cabinet à la Présidence Obed Namsio, président du comité d’organisation de ce dialogue républicain a fait part des avancés de différentes priorités et les principaux problèmes auxquels le comité fait face ou certains partenaires s’engagent de les appuyer financièrement ainsi que sur le plan logistique pour l’organisation de ce dialogue. « Je tiens à remercier les Nations-Unies qui continuent de nous soutenir dans les différentes crises pour que notre pays se tienne debout. Aujourd’hui, nous avons reçu la visite du Secrétaire Général Adjoint, chargé des opérations de paix des Nations-Unies en Centrafrique pour encourager le processus du dialogue républicain et pour apporter une aide afin d’accomplir la mission, qui nous a été assignée de tout faire en sorte que les centrafricains se retrouvent ensemble, autour d’une table, se parler et chercher les solutions à leurs problèmes » a ajouté Obed Namsio. 

Rappelant que le gouvernement a confirmé que ce dialogue se tiendra  au mois de mars à Bangui. Une date sera fixée par un décret présidentiel et les autorités ont donné la garantie, qu’elles ont eu le financement nécessaire pour organiser ce dialogue républicain et « personne ne sera mis à l’ écart afin que la paix revienne en Centrafrique  comme nous ne cessons de le dire que ce dialogue concerne ceux qui respectent les lois du pays » a lâché le président du comité Obed Namsio.

Il est évident que, les centrafricains sont fatigués, veulent tourner la page de l’éternel recommencement de plusieurs consultations nationales successives qui n’aboutissent à rien de concret ou le peuple paie toujours le lourd tribut des intérêts égoïstes de ses dirigeants.

Assimby Komodou