Le président Centrafricain Faustin Archange Touadera a proclamé l’Etat d’urgence pour 15 jours en Centrafrique, dans un contexte sécuritaire difficile.

Ce décret présidentielle entre en vigueur jeudi 22 janvier à minuit et prend fin le 5 février 2021.

L’article 32 de la Constitution, stipule que : « le président de la République peut, lorsque les circonstances l’exige, après avis du Conseil de ministre, du Bureau de l’Assemblée nationale, du Bureau du Sénat et du Président de la Cour Constitutionnelle, proclamer l’état de siège ou d’urgence pour une période de 15 jours. Ce délai ne peut être prorogé que par l’Assemblée nationale, réunie en session extraordinaire avec ou sans quorum ».

L’état d’urgence permet de renforcer les pouvoirs des autorités et de restreindre certaines libertés publiques ou individuelles pour des personnes soupçonnées d’être une menace pour la sécurité publique.

Cet état d’urgence permettra aux autorités de procéder à des arrestations même sans avis du procureur de la République.

L’état d’urgence est décrété neuf jours après l’attaque déjouée de Bangui par des rebelles de la CPC.

Fridolin Ngoulou