Les patrouilles robustes menées par les casques bleus la MINUSCA entravent les mouvements des éléments armés et contribuent à l’accalmie notée dans plusieurs régions du pays, a indiqué le porte-parole de la Force de la Mission, le Lieutenant-colonel Abdoul Aziz Ouédraogo. 

« La situation sécuritaire la semaine écoulée a été calme grâce aux actions de la Force dans différentes zones du pays. Les patrouilles robustes des casques bleus entravent la liberté de manœuvre des éléments armés, permettant ainsi aux populations de mener sereinement leurs activités », a affirmé le porte-parole lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission.  

Selon le porte-parole, « la Force de la MINUSCA a effectué 1.325 patrouilles diurnes et nocturnes sur toute l’étendue du territoire, dont 3 conjointes avec les FACA ».

A l’intérieur du pays, « dans la zone Est, l’opération de domination de zone lancée depuis plus de deux mois se poursuit.

Les efforts ont porté la semaine écoulée sur l’axe Bria-Yalinga où la quiétude est de retour et l’activité économique a repris également.

Dans la partie Ouest, on note une nette amélioration de la situation. Dans la région Centre, la Force de la MINUSCA maintient sa posture robuste. La surveillance accrue de la ville de Ndélé et ses alentours se poursuit », a-t-il ajouté. Le porte-parole a également fait le bilan des actions menées entre janvier et juin 2022 au profit des populations civiles à savoir « 1.442.100 litres d’eau potable distribués à 64.650 personnes ; 3.525 patients pris en charge dans les structures de santé ou des consultations médicales gratuites ; plus de 20 dons de médicaments à des hôpitaux ou des structures de santé centrafricaines ; plus de 155 dons de kits scolaires, de vivres, de vêtements ainsi que 175 actions de formations et/ou de sensibilisations ». 

Le porte-parole de la Police, le commissaire Serge Ntolo Minko, a également abordé la question des patrouilles de la Police des Nations Unies, conjointement avec les Forces de sécurité intérieure, qui « ont permis de ramener la quiétude dans le 7e arrondissement de Bangui, en proie aux actes de braquage ».

D’après le porte-parole, cette même collaboration s’effectue à l’intérieur du pays. Tout en appelant la population à donner les bonnes informations aux forces de l’ordre, pour une meilleure protection, le porte-parole a fait part de la poursuite de la formation en police de proximité à Berberati à l’intention des membres du Comité Local de Sécurité, composés du personnel de la mairie, de la police municipale, les agents de la douane, de la justice, des eaux et forêts et des organisations de la société civile de cette. 

« Ces formations en police de proximité commencent à porter des fruits, car de plus en plus d’actes suspects ont été rapportés aux éléments de la sécurité par la population », a-t-il dit. 

De son côté, la porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, est revenu sur la participation de la Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général, Lizbeth Cullity, à la deuxième réunion de coordination de la mutualisation de la Feuille de route de Luanda et de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation (APPR), tenue lundi à Bangui sous la présidence du Premier ministre.

La réunion avait pour objectifs « d’évaluer les progrès et d’identifier les défis du processus de paix », selon le porte-parole, ajoutant que « la Représentante spéciale adjointe s’est félicitée de sa tenue et a rappelé l’importance du processus de Désarmement et Démobilisation en cours ainsi que la tenue des commissions mixtes avec le Soudan et le Tchad ». 

Relativement à la situation des droits de l’homme dans le pays, le porte-parole de la MINUSCA a souligné qu’entre le 16 et le 30 août, la Mission a documenté et vérifié 49 violations et abus des droits de l’homme et du droit international humanitaire, ayant affecté 107 victimes.

Par ailleurs, conformément aux règles de Bangkok et de Beijing, visant à garantir le respect du principe de séparation des détenus mineurs et des femmes des autres catégories de détenus, deux quartiers de détention pour femmes et mineurs à la prison de Bria entièrement construites par la MINUSCA à travers un projet à impact rapide, ont été officiellement remis aux autorités nationales le 26 août 2022. 

Minusca