Les villages laborieux de Ndangala 2 et 4 dans la commune de l’Ombella M’poko, situés à 30 km de Bangui pratiquent la culture de la patate douce. Ce tubercule est consommé en Centrafrique et sa culture est très répandue dans toutes les régions tropicales et subtropicales du pays. Dans ces régions,  on cultive principalement les patates douces pour ses tubercules comestibles, riches en amidon. Oubangui Médias part à la rencontre des vendeurs ambulants des tubercules de patates douces dans les chariots de fortune sur la route de Pk 9.  

Cultiver le champ de la patate douce est difficile, car cela demande plus de conditions physiques pour préparer les terreaux. Il y a des endroits ou le sol n’est pas  de bonne qualité, ce qui ne rend pas bonnes parfois la production. Avec un climat adapté, la patate douce est une plante résistante, peu sujette aux maladies. Mais lorsque le climat est trop froid, elle est plus exposée aux maladies végétales.

La patate douce a besoin de beaucoup de chaleur pour se développer et former des tubercules, en choisissant un endroit chaud ou à la saison sèche, la récolte sera en abondance. Émile Gentil, un cultivateur à Ndangala s’exprime sur la culture de patates douces : « Si la terre est riche des minéraux au moment de la récolte, tu vas gagner beaucoup d’argent qui va te permettre de subvenir aux besoins de la famille : tel que la scolarité des enfants, la santé et bien d’autres choses », a-t-il souligné comme intérêt de cette culture.

« Pour cette année, nous avons cultivé un (1) demi hectare de surface de la patate douce à Ndangala 4. Après la récolte, nous vendons en cours de route par tas, soit à la cuvette et les prix varient 200 FCFA à 3500 FCFA », a souligné ce cultivateur qui s’en charge lui-même de vendre ses produits.

Il faut rappeler qu’il existe de nombreuses variétés de patates douces, de différentes couleurs entre autres violet, orange, blanche. Elle est très prisée par des centrafricains pendant les périodes qui vont de novembre à février.

Il est a rappelé que la patate douce est la septième production agricole à l’échelle mondial, après le blé, le riz, le maïs, la pomme de terre, l’orge et le manioc. La Chine est de loin le premier pays producteur. Elle est consommée principalement dans d’autres pays d’Amérique latine, en Afrique, où elle est parfois un aliment de base,

Zarambaud Mamadou