Dans le cadre des élections locales qui se pointent à l’horizon 2023, l’agence belge de développement (Enabel) sur financement de l’Union européenne a organisé le 16 septembre 2022 à Bangui, un atelier de deux jours visant le renforcement des capacités des membres et personnel du cadre de concertation pour les élections.

Pour le renforcement du cadre légal et institutionnel électoral, Enabel entend renforcer ladite institution en sa qualité d’espace d’échanges, d’informations et de suivi entre les différents acteurs du processus électoral afin que le rôle d’accompagnement, de facilitation, de veille, de vigilance et de proposition à la bonne préparation et organisation des processus électoraux soit bien joué. A ce titre, la structure doit s’approprier du cadre général des élections en Centrafrique et le suivi évaluation du processus électoral.

Marc Amougou, chef de projet à l’Union Européenne pour la consolidation de la démocratie en République Centrafricaine a précisé  que ce projet est mis en œuvre par Enabel, parmi les institutions, le projet accompagne le cadre de concertation pour les élections. « Le cadre de concertation pour les élections est une institution d’appui à la démocratie dans la République Centrafricaine qui a été institué par un décret présidentiel et ce cadre de concertation à une nouvelle équipe qui a besoin pour sa mission le renforcement des capacités. Nous allons les appuyer sur les processus électoraux, le cycle électoral, et les activités électorales. Cet organe  doit être outillé avant qu’on aille aux élections locales qui sont planifiées par l’ANE. Et le cadre de concertation travaille conjointement avec l’ANE étant nécessaire que cette institution qui organise les élections de façon opérationnelle soit au même niveau des informations », a-t-il justifié.

Le cadre de concertation est Institution composée de plusieurs parties dont la société civile, l’État, les parties politiques qui ont aussi des formations totalement différentes sur les élections.

Le consultant Julius Ngouade-Baba donne son impression sur les deux jours de formation : « dans le cadre de la mise en œuvre du projet de renforcement des capacités du cadre de concertation par Enabel et financé sur les fonds de l’Union Européenne, il était nécessaire que les membres et personnels de ladite institution soient formés sur le suivi et évaluation du processus électoral. Comme vous le savez, le processus électoral résorbe beaucoup de cadre général à travers le gouvernement et l’ANE pour arriver jusqu’au vote et désigner les représentants. Les différentes structures qui composent le cadre de concertation doivent savoir comment travailler en collaboration avec l’ANE et à la fin faire son rapport sur ce qui a bien fonctionné ou pas. Ce cadre doit aussi faire des recommandations et propositions pour les prochaines élections dans le pays », a dit le consultant Julius Ngouade-Baba.

Les élections locales ne sont plus organisées en Centrafrique depuis 1987. La loi sur la décentralisation prévoit les instances locales élues. L’ANE a déjà projeté pour janvier 2023 ces élections locales et communales.

Zarambaud Mamadou