Durant le premier semestre de l’année en cours, le LNBCSP a enregistré 14687 dossiers et réalisé 49 918 analyses biologiques de routine contre respectivement 13 991 dossiers et 43 680 examens durant toute l’année 2019 ; ce qui représente un accroissement de 4,74 % pour les dossiers et 12,50% pour les examens recensés, rapporté dès la fin du premier semestre 2020.

Il est à noter que beaucoup de ces bilans ont été effectués gracieusement dans le cadre de suivi biologique des personnes diagnostiquées positives à la RT-PCR COVID-19 dont près de 14 700 tests réalisés (comptabilisés à part puisque non conventionnels), ont joué un rôle déterminant dans le succès de la riposte au niveau national. Par ailleurs, deux enquêtes de séroprévalence ont été menées respectivement sur 694 et plus de 1600 patients entre juillet et octobre derniers. A cela s’ajoutent des évaluations de la qualité de nouveaux tests sérologiques, antigéniques et RT-PCR introduits sur le marché centrafricain. Ces activités de contrôle de qualité des produits se sont étendues à l’évaluation de la qualité des solutions hydro-alcooliques que le LNBCSP a lui-même produites et distribuées.

Les financements COVID-19, le partenariat public-privé, les projets pertinents de recherche et la bonne gouvernance prônée par un leadership responsable au LNBCSP sont des opportunités évidentes. Des ressources humaines qualifiées existent dans les domaines de la technique et de la maintenance des équipements. D’ailleurs, c’est un ingénieur du Laboratoire National qui a été retenu pour former tous les techniciens nationaux des sites de GeneXpert sur la maintenance de ces équipements de pointe. La première mission de ce projet vient de terminer avec succès dans la région sanitaire numéro 3.

Dans le domaine scientifique, 06 travaux de recherche ont été publiés dont un sur la COVID-19 dans une revue américaine. Nous poursuivons la rédaction des 4 autres articles qui devraient être soumis avant la fin de cette année. Des infrastructures nouvellement construites en pleine pandémie telles que l’Unité de Diagnostic des Pathologies Emergentes (UDPE/P 2+) ouvrent la voie à plus de possibilités de recherche dans des domaines beaucoup plus variés.

La découverte de vaccins efficaces contre la COVID-19 relance la question de l’ouverture du Centre de Vaccination du LNBCSP. Ses premières activités pourraient être consacrées aux vaccins anti-SARS-CoV-2 dont la conservation nécessite dans la plupart des cas une conservation à -70 degrés comme nous en avons l’habitude dans la conservation des souches de pathogènes et des tests PCR.

A l’aube de la victoire historique de la médecine contre la COVID-19 grâce à la découverte de nouveaux vaccins qui mettront du temps pour atteindre la République Centrafricaine, le renforcement du système des Laboratoires demeure une priorité et le restera tant que la COVID-19 ainsi que d’autres pathogènes menaçant l’existence même de l’Humanité ne seront pas éradiqués. Nous recommandons plus de soutien du gouvernement et des partenaires au Ministre de la Santé qui, plein de discernement, a perçu comme prioritaires tous les plans d’actions liés au diagnostic et à la surveillance de Laboratoire.

Clotaire Donatien RAFAÏ

Directeur du Laboratoire de Biologie clinique et de Santé Publique de Centrafrique