La Banque Mondiale à travers le projet d’urgence de soutien à l’éducation de base avait octroyé une somme de 30 milliard de FCFA dans l’optique de développer le domaine de l’éducation tant paralysée à cause des crises. L’une des comparantes de ce projet, notamment le programme d’éducation accélérée a été lancée ce mercredi 10 mars 2021 à Bangui en présence des autorités centrafricaines.

Le secteur de l’éducation a été considérablement affecté par les successives crises militaro-politiques survenues en République Centrafricaine. Face à cette situation désastreuse le gouvernement après les élections de 2016, a fait de l’éducation l’une de ses priorités à travers de multiples cas de plaidoyer auprès des partenaires au développement afin de rehausser le niveau de l’éducation des enfants.

L’objectif de ce projet est d’améliorer le niveau de l’éducation en République Centrafricaine, selon Gilbert Sélonkoé coordonnateur du Programme d’Education Accélérée. « L’objectif du programme d’éducation accélérée (PEA) à travers le projet d’urgence de soutien à l’éducation de base est d’améliorer l’accès à une éducation de base de qualité et également renforcer les capacités dans la gestion de ce secteur. Le projet d’urgence de soutien à l’éducation de base est le fruit d’un partenariat stratégique signé entre le gouvernement Centrafricain et la Banque Mondiale pour l’avancement du secteur de l’éducation, tout en répondant aux objectifs du plan de relèvement et de la consolidation de la paix (RCPCA). » a-t-il souligné.

« Le programme d’éducation accélérée vise à offrir un programme d’apprentissage en trois ans aux enfants âgés de 12 à 15 ans en vue de les mettre dans le cursus scolaire. C’est dire qu’à la fin de ce projet, ces enfants ont la possibilité d’entrer en 6e ou dans une école de formation technique. Plusieurs étapes ont été franchis entre autres la production des matériels didactiques et la formation des enseignants de PEA avant de procéder au lancement officiel de ce projet salutaire en faveur des enfants. » ajoute-t-il

Aboubakar Moukadas Noure, Ministre de l’éducation nationale s’indigne du taux des enfants non-scolarisés. « Le nombre des enfants non scolarisés et déscolarisés âgés de 6 à 12 ans étant déjà considérable avant la crise, s’est accentué avec les multiples crises selon le rapport du PUSEB de 2014. Environ 215 milles enfants en âge de fréquenter le fondamental 1 et 174 milles enfants en âge de fréquenter le fondamental 2 ne sont pas scolarisés. Ce bilan témoigne à suffisance les difficultés que connaît le relèvement de l’éducation à travers le pays à cause de l’insécurité persistante», constate-t-il avec amertume.

L’accord de financement de cet appui a été signé le 11 juillet 2018. Le programme d’éducation accélérée (PEA) va s’étendre dans les préfectures de la Mambéré-Kadéi, l’Ouham-pende et la Ouaka.

Karl Dégote