Monté au front pour diriger les opérations militaires contre le Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT) qui a lancé depuis 11 avril une attaque contre Ndjaména, “le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l’intégrité territoriale sur le champ de bataille. C’est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du maréchal du Tchad”, a annoncé le porte-parole de l’armée, le général Azem Bermandoa Agouna, dans un communiqué lu à l’antenne de TV Tchad.

Plusieurs hauts gradés de l’armée ont aussi été tués dans les combats, a annoncé hier le FACT dans un communiqué.

Mise en place d’un Conseil militaire:

Alors qu’il venait d’être déclaré vainqueur de la dernière élection présidentielle, pour la succession de Déby, c’est son fils le général de corps d’armée, Mahamat Idriss Déby Itno (37 ans) alias Kaka qui a été désigné pour diriger le Conseil militaire de la transition mis en place. “Le conseil s’est aussitôt réuni et a promulgué la charte de transition”, a indiqué le général Azem Bermandoa Agouna.

Mahamat Idriss Déby Itno, chef de la Direction Générale des Services de Sécurité des Institutions de l’Etat (DGSSIE), communément appelée Garde Présidentielle.

Les premières mesures:

Immédiatement, le Conseil militaire a décrété un deuil national de quatorze jours sur toute l’étendue du territoire et prévu “des obsèques nationales seront organisées”. Pour la sécurité, “un couvre-feu allant de 18 heures à 5 heures du matin est également instauré dans tout le pays et les frontières terrestres et aériennes sont fermées jusqu’à nouvel ordre”.

“Je ne mourrai pas dans mon lit”, ne cessait de répéter Déby

Président du Tchad depuis décembre 1990 suite à la victoire de la rébellion qu’il dirigeait contre Hisseine Habré, Idriss Déby Itno dirigeait d’une main de fer son pays. Son Armée est devenue un outil d’influence et de géopolitique sous-régionale (CEEAC, Barkhane, ONU). Suite à ses hauts faits militaires après la victoire qu’il a arraché en avril contre des djihadistes, l’Assemblée Nationale l’a nommé maréchal.

Oubangui Médias