Le Réseau des Volontaires pour la Paix (RVP) monte au créneau pour dénoncer une mascarade montée par un groupe de personne pour ternir l’image de l’organisation. A en croire les responsables dudit réseau, ce groupe de personne agit en contradiction avec les textes qui régissent l’organisation et le fonctionnement du réseau en question.

En effet, le Réseau des Volontaires pour la Paix est l’une des organisations qui ne cessent de contribuer au retour de la paix et de la cohésion sociale en Centrafrique. Ledit réseau mène différentes actions à travers des campagnes de sensibilisation et des formations au milieu jeune dans l’optique d’éduquer, de conscientiser et de mobiliser la population pour promouvoir la tolérance et le dialogue qui sont les vecteurs de la paix.

Triste est de constater que ces derniers jours, ce réseau est en agitation du fait que, selon Diane Adoum, coordonnatrice dudit réseau, certains gens qui ne disposent pas d’autorité selon le texte de base veulent organiser une Assemblée Générale Elective sans pour autant informer le bureau officiel. A en croire la même source, ces gens sont à la quête d’intérêt personnels car ils pensent que le réseau a plusieurs partenaires, une occasion pour eux de leur soutirer de l’argent.

Face à ce problème, le ministre de la promotion de la jeunesse, des sports et de l’éducation civique Artiste Briand Reboas a reçu en son bureau le vendredi 18 mars 2022, la coordonnatrice de RVP Diane Adoum, pour s’imprégner du détail de ce dilemme.

Pour le ministre Aristide Briand Reboas, «  l’acte de procéder à un rassemblement quelconque sans informé le bureau officiel est anti organisationnel. Le RVP est un véritable outil de paix. Le pays est en phase de dialogue républicain. Il est alors hors de question que certaines personnes de mauvaise volonté puissent détruire ce mécanisme ».

Loin d’être une simple déclaration, le ministre Reboas a précisé que toute personne qui veut par un moyen quelconque torpiller les textes de fonctionnement des associations des jeunes et salir l’image de la jeunesse centrafricaine, sera appelée à répondre de ses actes devant la justice. Pour ce dernier, « si certains membres du RVP pensent qu’il y a certains disfonctionnement, ils doivent saisir le bureau officiel par courrier administratif pour évoquer le problème et dans l’ensemble, une solution soit trouvée et non utiliser un chemin malveillant qui peut encore engendrer un autre conflit » a-t-il précisé.

Quant à la coordonnatrice du RVP Diane Adoum, elle a aussi précisé que lors de cette assemblée qui a finalement échouée, la majorité des participants ne sont pas des membres du réseau. A cet effet, le bureau va siéger pour établir un programme conformément aux textes de base du RVP afin d’organiser l’Assemblée Générale Elective qui prendra en compte les représentants des villes de provinces. Une assemblée qui se fera en présence même du ministre de la promotion de la jeunesse, des sports et de l’éducation civique Aristide Briand Reboas.   

Brice Ledoux Saramalet