Le Centre centrafricain de recherche et d’analyse géopolitique (CCRAG), en collaboration avec le laboratoire d’études et de recherche en sociologie et anthropologie du département de sociologie et d’anthropologie de la faculté des arts, organise du 24 au 26  novembre au ministère des affaires étrangères à Bangui, un colloque sur le thème «  les crises sociopolitiques en contexte de démonstration en Afrique ».

Plusieurs enseignants chercheurs du continent africain et de l’Europe vont faire une communication sur  différentes thématiques sur les maux qui minent l’épanouissement de ce continent.  Le cycle d’instabilités chroniques est noté depuis les processus de démocratisation dès les années 1990, un visage singulier, alimentant un imaginaire généralisé de pessimisme politique paradoxal est observé. Si ce tableau est quasiment généralisé, la sous-région Afrique centrale présente un tableau particulier, marqué par des processus incertains. Les schémas de transition suscitent des avis partagés sur les dynamiques de pacification politique. « C’est ce qui justifie l’organisation de ce colloque », a souligné Dr Paul Crescent Béninga l’initiateur de cette rencontre

« Ce colloque propose ainsi d’ouvrir un espace de discussion entre chercheur.e.s pour penser et trouver des réponses aux interrogations qui structurent cette rencontre scientifique : comment peut-on comprendre le retour de la militarisation de l’adversité politique en Afrique ? Qu’est ce qui explique la redondance des crises sociopolitiques en Afrique ? Comment ces crises sociopolitiques renseignent-elles sur la société politique africaine contemporaine ? Quel rapport peut-on établir entre l’environnement économique international et les crises sociales qui secouent les pays africains ? Quel est le rôle joué par la société civile en contexte de bouillonnement politique en Afrique ? Comment les crises sociopolitiques impactent-elles la nature de la diplomatie des États africains ? Les axes de réflexion suivants pourront, sans s’y limiter, contribuer à nourrir les discussions thématiques », a précisé Dr Paul Crescent Béninga.

Selon le programme établi par le comité d’organisation dudit colloque, la première journée sera consacrée aux cérémonies d’ouverture et la première communication portera sur l’instabilité inconstitutionnelle et crise sociopolitique, le deuxième axe porte sur la géopolitique mondiale et les crises socio-économique, le troisième axe traitera de la circulation des armes et l’insécurité transfrontalière, ensuite le quatrième axe porte sur la société civile et nouveaux mouvements en Afrique et enfin le cinquième va traiter de la participation des partenaires sur le continent africain.

Il est important de souligner que cette rencontre n’a pour objet de trouver une solution définitive aux problèmes que font face les pays africains mais de détecter là où se situe le problème afin de permettre aux dirigeants de trouver une solution à ces maux.

Le coût total de cette activité s’élève à plus de 27 millions de FCFA mais le comité d’organisation n’a reçu que 16 millions à ce jour. Une occasion pour Dr Paul Crescent Béninga de remercier tous ceux qui ont contribué à la réussite de  cette activité.

Christian Steve SINGA