Le lycée de Miskine, situé dans le 8e arrondissement de Bangui a accueilli ce mardi 7 juin 2022 la cérémonie officielle d’ouverture du festival de conte de l’oralité. Cette aventure de 7 jours sera en compagnie de 9 conteurs et prendra fin le 12 juin prochain. La cérémonie  a eu lieu en présence du ministre de l’éducation Aboubacar Moukaddas Nour, du représentant du ministre de la culture Davy Georges Touckya, de madame le  proviseur du lycée Miskine  et de certaines autorités centrafricaines.

Après l’avoir suspendu durant plus de 10 ans pour tant de raisons, le festival international du conte et de l’oralité reprend ses initiatives. Commencé en 2002, ce festival s’est arrêté après la 10e édition tenue du 7 au 13 décembre 2012. Après plusieurs tentatives de reprise par l’équipe CREA sans se concrétiser, la reprise est effective cette année en dépit de toutes les circonstances. Neuf conteurs composés des centrafricains et des étrangers dont cinq femmes et quatre hommes, passeront à divers lieux et endroits indiqués pour conter afin d’éveiller la conscience des uns et des autres sur la culture de l’oralité et renforcer la paix. L’occasion est également permise aux conteurs de rendre un hommage à l’un des leurs Robert Denam du Centrafrique qui est décédé.

Gervais Lakosso, l’initiateur de ce festival et l’un des conteurs nous parle de l’utilité du festival : « Nous cherchons à lier chaque centrafricain à sa culture. Et surtout les jeunes. Si nous sommes venus faire la cérémonie d’ouverture au lycée de Miskine c’est pour leur adresser un message. Nous sommes venus dire aux jeunes que leurs identités ne sont pas sur Facebook, WhatsApp etc., Mais eux-mêmes. Autrement dit, leur culture c’est le conte qui est la sagesse de notre pays. C’est pour cela que nous nous rapprochons d’eux pour leur montrer l’importance des contes de notre pays ».

Ce festival contribue aussi à l’éducation de la jeunesse selon la même source, car l’art à la magie d’ouvrir l’esprit et le cœur d’un homme pour y inscrire un message : « Le festival contribue d’abord à rassembler les jeunes pour leur transmettre un message. Les messages que l’on transmet par les arts, l’on n’oublie jamais. L’art à la magie d’ouvrir le cœur et l’esprit d’un homme pour y mettre un message. C’est pour cette raison qu’on a utilisé ce secteur. Car lorsqu’on parle d’un discours ordinaire, les gens ne suivent pas vraiment, mais on peut prendre le même discours et le faire passer sous couvert d’une chanson, d’un sketch, d’un conte les gens vont suivre attentivement et retenir. C’est pour cela que nous utilisons ce canal pour nous rapprocher de la jeunesse et les éduquer »,  a-t-il ajouté.

La population centrafricaine est alors très attendue dans ce grand événement qui démarre ce jour. Les conteurs du Sénégal Fatou Ndiaye, du Centrafrique Lucien Dambalé, Boniface Watangana, Modeste Gobi et Gervais Lakosso, du Cameroun Abiroko Massan, de Burkina Faso Mariam Koné et de la côte d’ivoire Amoin Koffi vous attendent pour des belles histoires de l’Afrique.

Belvia Espérance Refeibona