La Banque mondiale a approuvé un don de l’Association internationale de développement (IDA) en faveur la République centrafricaine (RCA) d’un montant de 75 millions de dollars et destiné à désenclaver les zones rurales du pays et à améliorer le réseau routier reliant Bangui à la frontière avec le Cameroun, qui constitue un axe de transit essentiel pour l’acheminement des marchandises vers la capitale.

« La récente crise sécuritaire a montré, une fois de plus, à quel point les carences des réseaux de transport constituent l’une des principales causes de la fragilité de la RCA, souligne Han Fraeters, responsable des opérations de la Banque mondiale pour la RCA. Ce projet s’attachera à renforcer la résilience du principal corridor commercial qui relie le pays au Cameroun et à ouvrir un deuxième axe vers le Soudan. Il permettra aussi d’améliorer la desserte des zones rurales dans les régions du nord-est et du nord-ouest. C’est vital pour le pays. »

Le Projet d’urgence pour la restauration des infrastructures et la connectivité améliorera l’accès des habitants aux marchés, aux écoles et aux services, ouvrant ainsi des débouchés économiques pour les populations vivant en milieu rural.

 Il offrira également des possibilités d’emploi à des milliers d’habitants des zones rurales grâce à des programmes de travail contre rémunération portant sur la rénovation et l’entretien du réseau routier. La remise en état des routes permettra par ailleurs de réduire les coûts de déplacement, d’améliorer les communications et de renforcer la résilience aux chocs climatiques.

Le projet consolidera le secteur routier de la RCA en soutenant l’élaboration d’une stratégie et d’un système de gestion du patrimoine routier, avec l’objectif de mettre fortement l’accent sur la résilience climatique du réseau routier. Il posera ainsi les bases d’une infrastructure routière résiliente, sûre et durable.

BM