Le Fonds monétaire international (FMI) a reçu le 5 avril la contribution de l’Union européenne (UE) de 141 millions de DTS équivalant à 170 millions d’euros ou 199 millions de dollars américains, au Fonds de confinement et de secours en cas de catastrophe (CCRT), qui accorde des subventions pour l’allégement du service de la dette aux pays touchés par des événements catastrophiques, y compris des catastrophes de santé publique telles que le COVID-19.

Les bénéficiaires de la troisième tranche du CCRT sont l’Afghanistan, le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, la République Centrafricaine, le Tchad, les Comores, la République Démocratique du Congo, Djibouti, l’Éthiopie, la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau, Haïti, le Libéria, Madagascar, Malawi, Mali, Mozambique, Népal, Niger, Rwanda, São Tomé et Príncipe, Sierra Leone, Îles Salomon, Tadjikistan, Togo et Yémen.

Jutta Urpilainen, commissaire européenne aux partenariats internationaux, a déclaré que  « par cette contribution au CCRT, l’Équipe Europe continue d’être solidaire de ses partenaires les plus vulnérables. Dans cette période difficile, les ressources libérées peuvent fournir des services sociaux aux personnes les plus vulnérables, comme l’accès aux soins de santé essentiels et à l’éducation pour les jeunes, y compris les filles. L’initiative de relance mondiale de l’Équipe Europe œuvre à alléger la dette et à réaliser des investissements durables en faveur des ODD. »

« La généreuse contribution de l’UE de 183 millions d’euros est essentielle pour aider les pays les plus vulnérables du monde à faire face à l’impact de la crise du COVID-19 et à continuer de fournir des soins de santé, un soutien économique et social à leur population. Je suis reconnaissant à l’UE et à ses États membres pour leur soutien et leur partenariat solide. J’exhorte les autres pays à contribuer au CCRT afin que nous puissions à notre tour soutenir nos pays membres les plus vulnérables », a déclaré la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva.

Ce décaissement fait partie de la contribution globale de l’UE de 183 millions d’euros (152 millions de DTS ou 215 millions de dollars) au CCRT. Il finance des subventions pour la troisième tranche de l’allégement du service de la dette du CCRT qui a été approuvé par le Conseil d’administration du FMI le 1er avril 2021.

Pour la République centrafricaine, le montant du décaissement pour cette troisième tranche s’élève à 3.526.823 d’euros, pour la période allant du 14 avril au 15 octobre 2021.

L’UE est prête à débourser le solde de sa contribution sous forme de subvention à l’appui d’un allégement supplémentaire du service de la dette dans le contexte des futures tranches potentielles du CCRT. Avec cette contribution, l’UE avec les institutions de l’UE et ses États membres, a engagé plus de la moitié des engagements actuels du CCRT.

Parallèlement à la troisième tranche, le FMI a accordé environ 519 millions de DTS soit 736 millions de dollars ou 626 millions d’euros en subventions, pour l’allégement de la dette aux 29 membres éligibles au CCRT depuis le début de la pandémie au début de 2020. L’objectif de l’initiative d’allégement de la dette du CCRT est de dégager des ressources pour répondre aux besoins exceptionnels de balance des paiements créés par la catastrophe plutôt que d’affecter ces ressources au service de la dette.

Contexte

Le CCRT fournit des subventions pour rembourser le service de la dette due au FMI par les pays membres à faible revenu éligibles qui sont touchés par les catastrophes naturelles les plus catastrophiques ou qui luttent contre des catastrophes de santé publique, comme la pandémie COVID-19.

Les pays éligibles au CCRT sont ceux qui ont droit à des emprunts concessionnels dans le cadre du Fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et la croissance (FRPC) du FMI et dont le revenu national brut annuel par habitant est inférieur à 1.175 dollars. Les pays vulnérables les plus gravement touchés par la crise du COVID-19 bénéficient du CCRT.

L’UE, en tant qu’acteur mondial, peut contribuer à intégrer l’allégement de la dette dans un dialogue politique plus large, des stratégies de financement et des actions, afin de « reconstruire en mieux ».

Cette contribution de 183 millions d’euros est tout à fait conforme à la proposition du président de la Commission M. von der Leyen pour une initiative de relance globale qui lie les investissements et l’allégement de la dette aux objectifs de développement durable.

Pour plus d’informations

Liens:

Document du Conseil d’administration et communiqué de presse

Fiche d’information sur le CCRT:

https://www.imf.org/en/About/Factsheets/Sheets/2016/08/01/16/49/Catastrophe-Containment-and- Relief-Trust

Questions et réponses sur le CCRT:

https://www.imf.org/external/np/fin/ccr/index.htm