Les Eglises en Centrafrique commencent à prendre conscience de l’intérêt du mariage, à la lumière de la parole de Dieu mais aussi de la nécessité pour le gouvernement de réglementer le prix de la dote.

Une grande rencontre de l’Organisation Chrétienne d’Evangélisation Nationale (NECO) en collaboration avec la Plate-forme des Pentecôtistes de Centrafrique (PPC) a été organisée le 22 octobre 2022 à l’église Armée de la Foi Victorieuse dans le 2ème arrondissement de Bangui afin de mettre en place un Comité qui sera chargé des questions liées au mariage dans les églises. La rencontre a eu lieu en présence du Dr Bennett U Okafor et du révérend Apôtre Richard Mandazou, président en exercice de PPC.

Selon les organisateurs de cette rencontre, l’objectif assigné à ce Comité est d’encourager les églises et les fidèles à quitter la vie du concubinage et de l’union libre pour restaurer les valeurs de mariage biblique. Pour eux, le concubinage conduit à l’immortalité sexuelle en Centrafrique. Par ailleurs, la mission de cette organisation est de travailler avec l’Église en Centrafrique, la population et le gouvernement pour sensibiliser les couples et les futurs couples à aller vers un mariage légal.

Le mariage et ses différentes formes ?

Le mariage est l’union sacrée entre deux personnes de sexe différent. Il a été institué par Dieu dès les origines du monde. Il existe généralement trois types de mariage : Le mariage coutumier qui réunit deux familles par une dote qui peut être en nature. Le mariage civil qui se fait à la mairie. Il est sanctionné par un livret de mariage après que les mariés soient imprégnés du code de la famille. Là, des engagements sont pris pour le non divorce ou du moins le divorce selon les procédures légales. Enfin, le mariage chrétien qui se fait à l’église. Celui-ci répond aux exigences bibliques. Le couple aura à faire des serments pour ne pas divorcer et pour la communauté des biens.

Dr Bennett U Okafor s’est exprimé à Oubangui Médias sur le mariage en Centrafrique : « Je veux que chaque église régularise le mariage parce 70 % des fidèles vivent dans le concubinage. Même dans les églises, il y a plusieurs cas de divorce, de répudiation voire d’abandon de couple. Cela semble devenir une culture. Comme dans  Malachie 2:13-16, Dieu veut que nous puissions mettre notre vie en ordre. Il haï la façon dont nous chassons nos femmes et il haï la façon dont les femmes fuient la maison conjugale. C’est ce que Dieu m’a envoyé dire à la plateforme PPC et à toutes les églises membres de l’Alliance des Evangéliques en Centrafrique, à l’église catholique,  au gouvernement et à toute la Nation », a fait observer l’homme de Dieu.

La nécessité de réglementer le mariage

Dans de nombreux pays d’Afrique et les pays limitrophes de la Centrafrique, les Etats ont tenté de réglementer le mariage, surtout la dote afin de donner l’opportunité à plusieurs personnes à revenu faible de mettre leur vie en règle.

La République Démocratique du Congo à travers une loi fixé à 500$ soit (325.000 FCFA) le prix de la dote. Le Congo Brazzaville fixe à 60.000 FCFA. Le Cameroun 50.000 FCFA tandis qu’au Togo, c’est 10.000 FCFA symbolique plus la liste des objets à fournir en plus de 40.000 FCFA pour les charges. Au Bénin, la dote revient 10.000 FCFA en plus de la liste de objets à fournir. Au Tchad, il y a trois catégories : 270.000 FCFA pour une fille vierge, 170.000 FCFA pour une femme qui a déjà connu un homme et 75.000 FCFA pour une maman qui a 2 ou 3 enfants. Au Nigéria, la dote coute 50.000 nairas.

Cependant en Centrafrique, pourtant un pays pauvre, pour doter une femme, il te faut entre 1 à 5 millions de FCFA, sans compter une longue liste des objets et matériels fournis par la belle famille et les dépenses liées aux festivités du mariage. C’est ce qui fait dire à Dr Bennett U Okafor que c’est le diable qui est en train d’encourager toutes ces choses, qui deviennent de plus en plus une concurrence, parce que quand on met le prix de la dote exorbitant, les gens ne peuvent pas se marier, ils préfèrent vivent dans la fornication, dans la débauche et la prostitution.  « Il y a un homme qui va prendre une femme, vivre avec elle, la met dehors à volonté pour prendre une autre et c’est souvent un cycle. Nous voulons que tous ces désordres s’arrêtent au nom de Jésus », a déclaré le Dr Bennett U Okafor.

L’initiative mise en place est aujourd’hui d’encourager les églises à règlementer le mariage religieux, aux familles de prendre conscience du danger qu’elles font encourir leurs enfants, surtout des femmes qui ne sont pas mariées et qui errent de gauche à droite. Mais aussi, elle vise à interpeller le gouvernement, les élus de la Nation à assoir une loi pour réglementer la dote dans le pays afin d’encourager la population à avoir une vie stable. Le comité est constitué des mariés qui vont dans chaque église mettre des comités locaux qui seront chargés d’encourager les fidèles au sacrement du mariage, selon la parole de Dieu.

Zarambaud Mamadou