Bangui vibrera du 20 au 28 au rythme d’un Festival International dénommé « Bangui fait son Cinéma ». Initié par la cinéaste, déléguée Générale et fondatrice Sylviane Gboulou, ce grand rendez-vous apporte un vent nouveau au cinéma centrafricain en quête de repère.

Pourquoi Bangui fait son Cinéma ?

Ce Festival est en effet une première en République Centrafricaine. C’est un Festival International de films africains et afro-descendants, un festival au cours duquel divers cinéastes vont se rencontrer en toute convivialité pour la présentation des meilleures productions de l’heure, avec des compétitions sur quelques catégories dédiées et aussi une opportunité pour nos cinéastes d’apprendre des autres.

La République Centrafricaine se reconstruit, le pays revient dans le concert des nations et montre au monde qu’il tient, qu’il résiste et met tout en œuvre pour assurer un avenir à sa population. Les Centrafricains renaissent, reprennent espoir. Comme si la nature savait qu’ils avaient beaucoup soufferts et sont restés coincés et prisonniers des multiples conflits qui les ont dévastés, ils se réinventent une vie, leur vie et se l’approprient. Et il faudra que, d’ici quelques années, la République Centrafricaine arrive au même niveau que ses frères d’Afrique, se trouve aussi en tête de pelletons dans la musique, le sport, la mode, la littérature… et le cinéma, et pour cela, elle a besoin de tous ses enfants. Tout le monde doit mettre la main à la pâte, ce n’est plus qu’une question des politiques…

Films sélectionnés pour cette deuxième édition

LONGS MÉTRAGES

Confinés, un film de Gilles Parfait OWONA (Côte d’Ivoire). Casting: Jymmy Koy, Kocola Alix, Kando Pascal, Yoadé Saty, Pegard Roger, Aka Sonia.

Pagiow, directeur d’une société de sécurité, et son épouse Bernadette, métallurgiste, ont trois enfants. Depuis de longs mois maintenant, l’amour bat en ail dans le couple. C’est la chamaille et les engueulades interminables tous les jours dans la maison. Au bout du compte, pour ne pas se compliquer la vie, les deux mariés optent mutuellement à l’insu des enfants pour le divorce. Mais avant, une dernière chamaille persiste : qui aura la garde des enfants.

Trauma, un film de Cynthia Elisabeth NGONO (Cameroun). Casting : Daniel Nsang, Samantha Edima, Cynthia Elisabeth Ngono, Jean Baptiste Manguelle

Victime d’un plan sadique orchestré par son étudiante psychopathe Jackie 4 ans plus tôt, Ben est aujourd’hui handicapé et totalement détruit psychologiquement. Jusqu’ici disparue sans laisser de trace, Jackie est désormais de retour dans la vie de Ben et de sa femme Carole… Jusqu’où Jackie est-elle prête à aller cette-fois ci ?

L’interprète 2 , un film de Kadhy TOURÉ (Côte d’Ivoire). Casting: Guy Kalou, Kadhy Toure, Stéphane Zabavy

Naturelle est une jeune mère, une épouse dévouée et une travailleuse acharnée. C’est aussi l’une des meilleures interprètes du pays. Si dans son travail, elle excelle au point de glaner tous les lauriers, sa vie de couple frise la catastrophe tant la monotonie y est présente. Quand elle se retrouve à faire l’interprète pour Michael Newman, un homme d’affaires américain très prospère, elle se redécouvre une nouvelle féminité et commence à entretenir une relation amoureuse avec lui. Tout semble aller bien jusqu’au jour où elle demande à son amant d’assassiner son époux.

Charriot of The Gods, un film de Anurin NWUNEMBUM (Cameroun). Casting: Cosson CHINEPOH, Lucie MEMBA BOS, Mikon ENDALE MANON, Stéphane ZABAVY, Quinta EYONG ASHU, Bernard NGWA, Charlotte NTAMACK, Charles Arthur LOCKO SAMBA

Liengu, une adorable et brillante albinos de douze ans, arrive à Bonalyonga (un village niché au flanc du Mont Cameroun) avec sa mère et son père pour passer des vacances. La disparition mystérieuse de certains jeunes de Bonalyonga et les recherches infructueuses organisées par le village ne laissent au chef du conseil du village Mola Kingue d’autres choix que d’invoquer l’aide des dieux de la montagne.

Grave erreur 2, un film de Richie MBEBELE (Rép. du Congo Brazzaville).

Dora la Centrafricaine, un film de Severin IKOLI (Rép. Cenrafricaine).

L’ombre du passé, un film de Alain TENZON (Cameroun). Casting: TCHOP TCHOP, Guy Martial FOTSO, Blanche FODJO, Alain TENZON, Jacobin YARRO

Jack revient au pays pour assister au mariage de son frère cadet. Mais quand il rencontre la promise de son frère, il découvre que celle-ci n’est autre que son ex à lui ; et qui plus est, elle a eu un enfant de lui à son insu. Jack décide de reconquérir “sa vie, sa famille”. Mais il va devoir faire face à son frère, son père et à un implacable secret que porte l’ombre du passé…

Parcour (s), un film de Fatma ZOHRA ZAMOUM ( Algérie). Casting: Adila Bendimered, Nadjia Laaraf, Nazim Halladja, Houda Hachemi, Mohamed Bounoughaz

Un matin, un vendeur à la sauvette, Youcef, une aide cuisinière, Salima, une chanteuse, Sonia se dirigent tous vers une salle de mariage pour le mariage de Kamila et Khaled. Une journée extraordinaire pour tous.

COURTS MÉTRAGES

Leçon, un film de Patrice TIMBE (Cameroun). Casting : Anurin Nwunembom, Laura Onyama, Cynthia E. Ngono, Winnie Bola.

Jahina un destin de femme, un film de William FORREUX (Guadeloupe). Casting : Jahina Sandra N.

Jahina femme, mère, grand mère et célibataire, nous livre une partie de sa vie en banlieue parisienne. Une immersion « à la source » comme elle dit, c’est un quartier populaire d’Aulnay sous-bois connu sous le nom des mille mille et rebaptisé Mitry Ambourget comme pour conjurer le sort.

Yamb, un film de Winnele VEYREL (Gabon). Casting: Manga NDJOMO, Léa RAIVO DADJI

Suite à un message téléphonique en dialecte africain, Diane, 50 ans, va acheter les services d’une jeune prostituée gabonaise pour une grande occasion…

Asali, un film de Momo KANKUA(Togo). Casting: Abdel Aziz Boubacar, Frédéric Radepont

Un européen en Afrique, doit avoir un travail pour éviter une expulsion vers l’Europe où les conditions de vie deviennent difficiles, il est contraint d’accepter de changer de nom, de prendre le nom que son patron lui donne. Malgré ses réticences, quand il finit par accepter, un processus étrange se déroule : son reflet dans un miroir change, il devient…

Uburried, un film de Sally Fenaux. Casting: Kathy Sey, Edna Sey, Yolanda Sey

Les levers de soleil sur la mer sont désormais baignés du sang des corps non enterrés par les eaux. Des espoirs et des rêves noyés des personnes qui migrent. La mer Méditerranée ne sonne plus aux bruits de vagues qui s’écrase contre la côte, mais aux cris de désespoir demandant de l’aide.

BARLAYCORN (Sénégal).

L’homme de l’ascenseur, un film de Sadia KOSSANGUE (France).

Espoir, un film de Nixon SINGA (France/Rép. Centrafricaine).

Jeff, 15 ans, est un grand espoir du football français. Alors qu’un match décisif approche, Jeff peine à supporter la pression de l’excellence.

Personnalité Singulière, un film de OSWALDO Martin (Guinée Equatoriale).

Homophobe, un film de Steve BELL (France). Casting : Loïc Monlouis, Japhet Bateleka.

Don’t Forget Us, un film de Oumar DIAW (Togo). Casting: Oumar Diaw, Frederic Duff Barbé, Hicham Bouaziz.

Ikeshukwu Obaje est un jeune Nigérian de 25 ans, il raconte son histoire à un journaliste, comment il a quitté son pays, sa mère et sa sœur pour essayer d’aller en Europe. Lors de son périple il arrive en Libye, à partir de ce moment-là son cauchemar commence.

Aman Iman, un film de Paola Rima MELIS (Maroc)

Triangle, un film de Louis Thierry EVA (France). Casting: Alix Bénézech, Adi Alfa, James Ferrux, Cédric Doumbé, Arnaud Glad

Après une agression vicieuse qui l’a laissée marquée à vie, une jeune femme décide de prendre une nouvelle identité et de se venger de ses agresseurs sans méfiance.

Smoking Kills, un film de Stiveen LUCHEL (Martinique). Casting: Thierry SONDER, Arame SAGNO et Thierry SONDER

DOCUMENTAIRES

Abdel SNP, un film de Messaline PORCHET ATTINGER (Maroc)

Et si cette pierre devrait sauver la nation, un film de Lionel DAWORO ( Rep. Centrafricaine)

De Patrice à Lumumba, un film de Patrick KABEYA (Rép. Démocratique du Congo). Alors que son sort est décidé, Patrice Lumumba décide d’écrire une lettre à sa femme, en gage de la promesse qu’il s’est fait à lui-même concernant son pays et son peuple. Cette lettre, bien que gardant un ton militant, révèle le côté plus privé de Lumumba, mais plus libre encore d’exprimer ce qu’il a au fond de lui. Cette histoire, racontée principalement avec ses propres mots, rend à Lumumba l’humanité qui lui a été refusée tout au long de sa carrière. Il s’agit de comprendre la passion qui animait ses convictions. Mais surtout, il s’agit de voir l’homme derrière l’emblème politique, face à un destin qui lui échappe peu à peu.

Mort pour que tu restes français, un film de Georgio l’AFROPOLITAIN (Gabon).

Nous de la ligne rouge, un film de Nazir RAIZOU ( Rép. Centrafricaine).

Becoming Black, un film de Ines Johnson SPAIN (Allemagne). Imaginez que vos parents soient blancs mais que votre peau soit foncée et qu’ils vous disent que c’est une pure coïncidence. C’est ce qui est arrivé à une jeune fille à Berlin-Est dans les années 1960.

Des années auparavant, un groupe d’hommes africains était venu étudier dans un village voisin. C’est là que Sigrid, une Allemande de l’Est, tombe amoureuse de Lucien, un Togolais, et tombe enceinte. Mais elle est déjà mariée à Armin.

L’enfant est la cinéaste Ines Johnson-Espagne. En rencontrant son beau-père Armin et d’autres personnes de son enfance, elle retrace les étonnantes stratégies de déni développées par ses parents et son entourage.

SERIES TV

Massa, une série de Guy Thierry Alima (Rép. Centrafricaine).

Bangui Unité Spéciale, une série policière d’Elvire Annick ADJAMONSI (Rép. Centrafricaine).

Manjak, une série de Hubert Laba NDAO et Siam MARLEY (Guinée Bissau & Sénégal). Casting : Dialika Haïlé SANE, Pape Boubou NDIAYE, Aminata MBAYE, Aicha BA, Jean Paul D’ALMEIDA, Lajoya SENE, Bourama BASSENE, Mariame FAYE, Momar Diarra THIOUNE, Félicité GOMIS, Hazaratou SAGNA

Jella, la trentaine, est une dakaroise, émancipée, moderne et bosseuse. Mais côté cœur et business rien ne va, en effet vient officiellement de divorcer et de perdre un appel d’offres. Face au cumul des mauvaises nouvelles, Jella accepte d’accompagner son père, Formose, qu’elle n’a pas revu depuis plus de 25 ans, juste le temps du week-end, à une importante cérémonie en pays Manjak, en Guinée-Bissau. Mais, arrivée à Ba Yeuk, son village familial, elle découvre avec stupéfaction qu’elle assiste en réalité aux funérailles traditionnelles de son père ! Jella, perdue, entre alors dans une autre dimension.

Maitresse d’un homme marié, une série de Baye Moussa SECK & Thierry DUPETI (Sénégal).

Les contes de Raya, une série de Adja. Raya est une petite fille qui adore lire. Elle s’assoit souvent sur un banc dans son jardin, avec un livre magique qui s’anime lorsqu’elle tourne ses pages. Grâce à ce livre, Raya et ses amis les petit spectateurs font le tour de l’Afrique et découvrent ses cultures et légendes.

Mariam SORO (Cote d’Ivoire).

Parrainage de la 2ème édition

Le parrain de ce grand évènement est Michel Gohou, qui revient pour la deuxième année consécutive. Le Parrain de la deuxième édition du festival International de films Africains et Afro-descendants de Bangui Michel Gohou a déjà confirmé sa présence.

On note aussi la présence de Digbeu Cravate à ce rendez-vous.

Qui seront les membres du Jury des concours ?

Virginie GAKARA : Chef de service de la production à la Direction de la cinématographie de la Télévision Centrafricaine (TCA).

EEBRA TOORE, D’origine ivoirienne, Eebra Tooré a joué et tourné plusieurs films en Afrique et en Russie. Il apparaît aussi dans plusieurs magazines de mode. Après plusieurs années d’expérience, en 2018, il retourne en Russie pour jouer un agent de la CIA dans la saison 2 de la série TV russe “Sleepers” réalisée par Sergei Arlanov. Il joue aussi dans le court métrage “Ouvre les Yeux” de Sonadie San. En 2020, il est dans le court métrage “Passation” de Matthieu Jubely. En 2022, il sera à l’affiche de plusieurs films comme “The Survivor” long métrage russe de Andrey Sokolov et tourné à Astrakhan (Russie), “Chi Non Muore, Si Rivede” long métrage italien de Giovanni Cangialosi et tourné à Palerme (Italie), “Constance aux Enfers” téléfilm réalisé par Gaël Morel et le très attendu court métrage “Change-Couleur” de Stéphane Olijnyk et tourné à Abidjan (Côte d’Ivoire).

YUBAI ZHANG, Actrice, de cinéma mais aussi de théâtre, présentatrice TV et productrice, Yubai fait ses premiers pas au cinéma et la télévision, on la verra ainsi aux côtés d’Alice Taglioni et Virginie Effira dans le film « Cookie » de Léa Fazer et « L’ensemble c’est trop » de même réalisatrice. « De L’huile sur le Feu » de Nicolas Benamou elle joue avec Vincent Lecost, Fatsah Bouyahmed, « Le changement de cap » avec Didier Wampas. En 2019, elle a décroché le rôle principal dans le long métrage « Last Chance » et qui lui fait gagner le prix de meilleur actrice dans le Festival Montgomerry Washion .

En parallèle de ses performances cinéma, Yubai est également sollicitée par le théâtre et se forme dans la célèbre troupe du Mystère Bouffe avant d’être remarquée pour tenir le rôle-titre dans « La Légende de Mulan », puis elle tient le rôle d’Héléna dans « Le Songe D’une nuit d’été » de W. Shakespeare, au Théâtre de la Reine Blanche, et est saluée dernièrement pour sa performance dans « L’impératrice de Chine » où elle tient seule en scène, le rôle de l’impératrice Wu Chao au Théâtre de l’Ile Saint-Louis à Paris.

ALLAMINE KADER, est un jeune réalisateur tchadien diplômé de l’université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal en Master2, réalisation documentaire de création. Après quelques stages en Afrique et en Europe, il a réalisé plusieurs films documentaires qui ont participé dans des festivals en Afrique et en Europe. Après son dernier film « LA PROMESSE DU BIRAM », il prépare un autre long métrage documentaire sur une cérémonie traditionnelle qui oblige les femmes restées trop longtemps célibataires à choisir leurs maris pour conjurer certains sorts. Il est formateur en réalisation documentaire, Prix Dari Awards en 2016. Chef de service production télé Tchad de 2014-2016, Sous-Directeur de programmes télé Tchad 2016- 2017, Sous-Directeur de programmes et production télé Tchad 2019- 2020.

STAN THIEBAUT, Issu du monde de la musique où il exerce en coulisses pendant plus d’une décennie, Stan Thiébaut est un comédien polymorphe qui s’est formé à l’atelier Stéphane Gildas et à l’Ecole de Théâtre de Paris de Colette Louvois. Il s’entraîne en jouant dans de nombreux courts-métrages. Par la suite, il a joué dans plusieurs longs-métrages. Parallèlement à ces expériences il sert de nombreux auteurs de théâtre dont Enzo Cormann, au théâtre des Déchargeurs, dans Diktat avec Syrus Shahidi, rencontré lors de sa formation. Il écrit également des scénarii pour le cinéma et la télévision, et prépare son premier long métrage de fiction en tant que scénariste et réalisateur.

Gervais LAKOSSO, Né le 28 mars 1969 à Kaga-Bandoro (Centrafrique) Artiste (Musicien – Conteur – Scénariste – Metteur en scène),

Il est Expert en Ingénierie Culturelle et Communication, Formateur de formateurs en Alphabétisation créative et en éducation populaire par les arts, Consultant en animation pour le développement et mobilisation sociale. Gervais est aussi Directeur du Cercle de Recherche et d’Education par les Arts(CREA). Directeur Gérant de Ndëwä Com et Management (Cabinet d’expertise en ingénierie culturelle et communication), il est aussi le Coordonnateur du Groupe de la Société Civile sur la Crise Centrafricaine (GTSC).

JEAN DAVID STEPLER, Il étudie à l’école Côté Cour avec Jean Baptiste Berthon au début des années quatre-vingt-dix. Depuis, il s’est illustré sur scène comme à l’écran, avec le désir de privilégier la création contemporaine. Sur scène, seul ou accompagné d’une vingtaine de partenaires, il parcourt la France, l’Europe et l’Afrique à la rencontre de tous les publics. Il sert des auteurs tels : Billetdoux, Pinter, Cocteau, Westphal, Rame et Fo, Sembène, Gruz et Bréheret, Horowitz, Stepler, Levrey, Aubert…

A l’écran, Ugo Bimar, Julien Pichard et Paul Lé, Philippe Haïm, Samuel Tudela, Xavier Giannoli, Bertrand Arthuys, Denis Amar, Anne Flandrin… lui ont fait confiance.

PAULINE MVELE NAMBANÉ

Pauline Mvele Nambane est une actrice, scénariste et réalisatrice de documentaires Burkina Bé et Gabonaise . Membre du jury en 2016 de la 20e édition du festival Écrans noirs de Yaoundé. Elle est titulaire une maîtrise en Sciences de l’information et de la communication option journalisme. Elle a travaillé comme journaliste pour Amina et est engagé dans la lutte contre le VIH/Sida. En 2009 son premier film documentaire sur cinq femmes vivant avec le VIH au Gabon, Accroche-toi !, produit et financé par le CENACI (Centre national du cinéma du Gabon, actuellement IGIS : Institut Gabonais de l’Image et du Son). En 2011, elle réalise le documentaire Non coupables !, qui se penche sur la pratique de spoliation des veuves par les familles de leur mari défunt au Gabon. Elle a réalisé plusieurs autres documentaires  prépare actuellement un nouveau documentaire, Le Nganga blanc, qui s’intéresse à Hugues Obiang Poitevin, un Français qui pratique depuis quarante ans le tourisme d’initiation au Gabon autour du culte Bwiti. Ce projet a remporté le premier prix du « Marathon du pitch » du FESPACO en 2017. Pauline Mvélé a participé à la création du Rédoac (Réseau des documentaristes d’Afrique centrale), dont elle est vice-présidente.

Des Sponsors pour soutenir la 2ème édition du Festival Bangui Fait son Cinéma

Ils sont nombreux à soutenir cette initiative en Centrafrique : Le  Gouvernement Centrafricain, la compagnie Air France , l’hôtel la Couronne, le CBCA BANK, le CENTRABOIS, El_jafro et REH BTH, SUNU ASSURANCES, la TVCA, Vision4tv,  la Fondation HMD, le Complexe Scolaire International Galaxy, la chaine France24, la Radio France internationale (RFI), la chaine TV5 Monde, la chaine Canal+…

Le cinéma Centrafricain recherche encore un repère. Que faut-il faire pour qu’il retrouve sa lettre de noblesse et rattrape les pays en avance comme la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ?

Sylviane Gboulou : Ce qu’il faut au 7ème Art Centrafricain pour retrouver ses lettres de noblesse, c’est d’abord de faire premièrement les états généraux de ce corps de métier avec tous les acteurs, qu’ils soient aux pays où à l’extérieur  et de s’accorder tous sur les différentes directions à prendre.

En prime bien évidemment, il faudrait un accompagnement officiel du Ministère et des partenaires au corps du métier et non à des individus et particuliers. C’est tout le cinéma qu’il faut encourager pour que l’étendard de la patrie soit élevé haut et fort.

Il faudrait ensuite avoir beaucoup plus d’espace dédié à la projection des différentes réalisations et dans tout le pays. Je loue et félicite ce cinéma numérique ambulant qui passe de village en village afin que tous les citoyens puissent être logés à la même enseigne. Et enfin, il faut que le dur labeur de tout un chacun puisse être respecté et valorisé. Chaque personne travaillant dans et pour le cinéma devrait être en mesure de vivre décemment du fruit de son labeur.

Les remerciements de Sylviane Gboulou en prélude à l’Ouverture de la 2ème édition de Bangui Fait Son Cinéma

Je veux d’abord saisir cette opportunité pour vous remercier tous, remercier la population centrafricaine car sans public pas de cinéma.

Je voudrai aussi remercier nos partenaires qui nous soutiennent sans relâche. Un grand merci à ceux qui nous ont rejoints et qui croient en nous. Je voudrai aussi remercier toute mon équipe, tous les membres du Jury, tous les parrains et tous mes collègues artistes, acteurs, réalisateurs, producteurs… tant de la Centrafrique, de l’Afrique et du reste du monde qui ont cru en ce festival.

Et je voudrai remercier le Gouvernement au travers du Premier Ministre, de là Ministre des Arts et de la culture qui nous ont fait confiance en sachant que ce Festival est une des brillantes vitrines qui font que la Nation Centrafricaine est connue et reconnue à l’extérieur. Enfin je souhaite sincèrement et chaleureusement remercier le Président de la République, Chef de l’Etat qui accorde une importance toute particulière à Bangui Fait son Cinéma. Je serai ingrate si je ne citais pas les médias et la presse car sans vous nous ne serions point connus et reconnus. Que tous trouvent ici l’expression de ma gratitude.

Le rendez-vous est pris du 20 au 28 au Complexe Scolaire Galaxy.

Fridolin Ngoulou