C’est à l’issu d’une assemblée générale ténue le mercredi dernier que le bâtonnier des avocats a décidé de suspendre les activités sur l’étendue du territoire national. Cette décision fait suite aux multiples menaces de mort et de mouvements de mécontentements organisés par des organisations qui soutiennent le pouvoir de Bangui.

Malgré l’interdiction de cette Assemblée générale par le ministère de la Justice par un message porté, en ce qui concerne les magistrats, les avocats de Centrafrique se sont penchés sur les différentes manifestations devant la Cour constitutionnelle le 8 et 9 par la plateforme Galaxy nationale de Blaise Didacien Kossimatchi.

Me Emil Bizon n’est pas passé par le dos de cuillère pour qualifier ces agissements d’une menace grave contre l’indépendance des institutions de la République:

« Le régime en place est muet face aux menaces de morts à l’endroit des professionnels du droit, nous voulons par cette rencontre attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur les dérives dont les caciques du pouvoir sont en train d’être ».

Même si les autorités centrafricaines ne se sont pas prononcées sur ces mouvements de mécontentements, mais des voix se sont levées pour dénoncer ces agissements des proches du pouvoir de Bangui.

C’est le cas de l’ambassadeur résident de l’Union Européenne qui a twitté que ce comportement est une menace pour la démocratie centrafricaine.

Christian Steve SINGA.