« Nous voulons redéfinir nos actions dans le domaine de l’entrepreneuriat en Centrafrique afin de mieux atteindre nos cibles et contribuer au relèvement du pays», c’est ce qu’a affirmé François Omende, Chef de Mission de l’ONG Internationale IEDA Relief  à la sortie d’une audience accordée par le Ministre Chargé des Petites et Moyennes Entreprises et de la Promotion du Secteur Privé, Mohamed Lawan ce vendredi 23 juillet.

L’objectif de cette entrevue est de redéfinir les termes de l’Accord de partenariat signé en 2017 entre l’ONG IEDA Relief et le Département en charge des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et des Petites et Moyennes Industries (PMI). Les deux institutions s’accordent pour mettre un accent particulier sur l’entrepreneuriat des jeunes.

« Vous savez, l’entrepreneuriat peut développer un pays. C’est pourquoi le gouvernement a créé un certain nombre de conditions pour promouvoir ce secteur : l’adoption des lois portant code des PME/PMI et de l’Artisanat en témoigne », a souligné le Ministre Mohamed Lawan.

Le membre du gouvernement trouve fructueux le cadre de discussion entre son département et l’ONG IEDE Relief.  « Les échanges avec l’équipe de l’ONG IEDA Relief sont fructueux. Nous avons passé en revue les relations entre les entités depuis le premier Accord de partenariat signé en 2017 avant d’étudier la possibilité de réajuster certains aspects de cet Accord qui ne cadrent plus avec le contexte actuel », a-t-il poursuivi.

Pour Mr Constant Doriva Guella Ngodi, Chargé de Suivi et Evaluation à l’ONG IEDA Relief, cette rencontre avec le Ministre est un grand pas pour l’ONG. « Nous sommes satisfaits de tout ce que le Ministre Lawan nous a dit. Nous ne sommes plus à l’urgence, le pays est en phase du relèvement et nous devons l’accompagner en mettant plus l’accent sur le secteur de l’entrepreneuriat » a-t-il martelé.

Les techniciens du département chargé des PME et de la Promotion du Secteur Privé  et les Experts de l’ONG Internationale IEDA Relief sont d’ores et déjà au pied d’œuvre pour réviser le contenu de l’Accord et soumettre le nouveau document à la signature de deux parties.

Kaezer