Des acteurs du secteur privé et des départements ministériels impliqués dans la mise en œuvre de la Charte des Investissements sont mobilisés du 13 au 14 octobre 2021 dans la salle de conférence du Conseil Economique et social pour un atelier de vulgarisation de cette Charte.

La République Centrafricaine sort progressivement d’une situation de crise qui a considérablement ébranlé son tissu économique. Ainsi, pour favoriser la relance des activités économiques,  le gouvernement a adopté le Plan National de Relèvement et de Consolidation de la Paix (RCPCA) qui prévoit un ensemble d’actions à entreprendre par les différents acteurs impliqués dans la reconstruction et le développement du pays.

En effet, le gouvernement avait organisé en septembre 2015, un forum sur la promotion du secteur privé. Au cours de ces assises, il a été recommandé entre autres la révision de la Charte des Investissements, prévoyant des mesures incitatives et attractives pour encourager les investissements privés en vue de réaliser la vision du gouvernement qui consiste à favoriser le développement d’un secteur privé dynamique, compétitif et créateur d’emploi.

Il convient d’admettre que la loi instituant la Charte des investissements constitue un outil indispensable pour la promotion du secteur privé et la relance économique nationale.

Le ministre de Commerce et de l’Industrie, Mme Léa Mboua Koyassoum précise le cadre de cette rencontre de vulgarisation. « Faisant suite à la lettre de Mission du Premier Ministre, Chef du gouvernement du 7 septembre 2021 qui vise entre autres à la vulgarisation des lois et textes d’applications relevant du département du commerce et de l’industrie, la Direction Générale de la Commission Nationale des investissements s’est penchée sur la l’organisation de cet atelier ».

« Il y’a des nombreux avantages par exemple les facilités d’importations des matériaux pendant cinq ans. C’est pour encourager les investisseurs. Le pays a tellement souffert, les rares industries du pays ont tellement souffert, c’est pourquoi le gouvernement a compris qu’il est important de faciliter la création des entreprises pour permettre aux jeunes d’avoir de l’emploi. La Charte rassure également les investisseurs qu’ils peuvent investir librement. Déjà, il y a beaucoup d’entreprises qui sont en train de s’installer dans le pays », a souligné Mme Léa Mboua Koyassoum.

En effet, depuis quelques années, la mission conjointe de la Direction générale de la Commission Nationale des Investissements à travers la Direction des Etudes Financières et Comptables avec la Direction de législation fiscale et douanière, avait organisée du 5 octobre au 5 novembre 2020 auprès des entreprises agréées à la Charte des Investissements une mission de travail.  La mission a constaté la non-maitrise de l’utilisation des avantages contenus dans la loi N°18.006 du 11 juin 2018 instituant une Charte des Investissements en République Centrafricaine.

Malgré l’impératif de la vision du gouvernement et sa volonté affirmée à l’incitation et à la création d’entreprises nouvelles, l’implantation de ces dernières dans les régions de l’intérieur du pays, semble toujours être dictée par la non-maitrise de l’utilisation des avantages contenus dans la Charte nationale des Investissements.

C’est pourquoi, l’objectif de la présente rencontre est d’informer les participants sur l’utilisation des avantages contenus dans la Charte des Investissements, plus spécifiquement assurer la compréhension des participants des différents avantages contenus dans la Charte, Informer les participants sur la procédure d’agrément  et inciter les entreprises non agréées à constituer des dossiers d’agrément.

Fridolin Ngoulou