A l’approche de la fête de noël dans la ville de Bangui, les vendeurs des jouets n’arrivent pas à s’approvisionner. La situation se justifie par le manque de stock dans les boutiques.  Un fait qui rend la vie difficile aux parents qui  se plaignent par rapport à la hausse des prix sur les marchés.

L’année 2020 a été difficile pour les centrafricains à cause de la situation sécuritaires qui n’a pas permis aux enfants de bien fêter la nativité de l’enfant Jésus. Les attaques des rebelles occasionnant le blocus du corridor Bangui-Douala avaient joué négativement sur le commerce. C’est dans cette optique que les jouets n’ont pas été commandés alors que les grossistes préfèrent évacuer le peu qui avait en stock. En conséquence, les prix des jouets sont à la hausse sur les marchés de la capitale.

Fabrice Nassiri, vendeur ambulant de jouet regrette cette situation qui joue sur son commerce. « J’ai passé trois ans dans le commerce des jouets. J’achetais chez les grossistes pour revendre sur le marché. Mais pour cette année, j’ai eu beaucoup de difficulté. Les libanais qui nous livraient des jouets, ont fait savoir que cette année, ils n’ont pas commandé de nouveaux articles.  C’est seulement les stocks de l’année dernière qu’ils sont en train de nous vendre. Je trouve que cela n’est pas de bonne qualité. Donc je ne peux pas revendre aussi à un prix exorbitant pour gagner  plus de bénéfices », a-t-il indiqué.   

Un grossiste qui a stocké ses articles depuis l’année dernière n’a pas eu la possibilité de passer de nouvelles commandes à Douala. Il s’en explique : « Je ne sais pas comment récupérer mon capital financier. Le jouet est une denrée périssable et on ne peut pas le garder pendant des années. Cela va perdre de la valeur, puisqu’on a suffisamment de stock de l’année dernière que nous pouvons vendre cette année. Alors, je ne peux pas passer une nouvelle commande, sinon je risquerais de tomber en faillite».

Cette situation a mis aussi les parents en difficulté.  Annie Lombe, mère de deux enfants en témoigne: « Pour cette année, les choses ont changé. Les jouets que j’achetais à 3000 sont maintenant à 6000 F CFA. Je ne sais pas pourquoi il y a eu cette hausse des prix de surcroit les jouets ne sont pas de bonne qualité ».

Cette difficulté provient de la crise sécuritaire de l’année passée provoquée par la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) qui a bloqué pendant plusieurs mois le corridor Bangui-Garoua Mboulai-Douala. Ceci a constitué un obstacle pour les commerçants qui n’ont pas pu revenir sur Bangui  à temps pour vendre des jouets. Les marchés de Bangui, évacuent en ce moment les jouets en stock depuis l’année passée.

Dorcas Bangui Yabanga