Les honorables députés de différentes commissions de l’assemblée nationale ont participé du 20 au 21 octobre à un atelier de renforcement des capacités sur le processus de décentralisation. Une initiative de l’agence belge de développement (Enabel) en collaboration avec l’ONG IRI.

L’objectif est de permettre à ces derniers d’avoir une idée du corpus législatif présent et les projets de loi sur lesquelles ils doivent se prononcer pour la session parlementaire qui se tiendra bientôt mais aussi pour les prochaines sessions parlementaires.

L’occasion permet également d’outiller ces derniers sur le rôle qu’ils doivent jouer au sein de leurs circonscriptions afin de s’assurer qu’au niveau des communes les gens soient prêts pour les élections locales qui se pointe à l’horizon.

Rachel De Plaen d’Enabel s’en explique : « On voit que la décentralisation a été à la fois défendue par la constitution centrafricaine de  2016, à la fois c’est aussi un élément important de l’accord de paix et de la réconciliation en République Centrafricaine. Parce qu’on sait qu’une décentralisation effective permet à ce que l’État soit présent partout et que des communes arrivent à répondre aux besoins de la population ».

 La thématique choisie est d’une grande importance pour le représentant du président de l’Assemblée nationale, l’honorable Fleury Junior Pabandji qui n’a pas caché son impression. Dans son discours,  il a souligné l’aspect d’une bonne relation de partenariat entre l’État et les deux structures avant d’inviter les participants à une assiduité durant l’atelier : « Cet atelier, organisé par IRI et Enabel témoigne à suffisance l’excellente relation de partenariat qui existe entre la représentation nationale et ces deux institutions. Nous nous réjouissons de ce qu’après les autres ateliers, vous nous faites part de votre vœu de nous donner encore du savoir dans notre domaine qui revêt un caractère particulier puisqu’un des défis majeurs de notre pays est justement celui de la décentralisation. L’importance du thème m’oblige à vous interpeller sur votre ponctualité et assiduité, seule gage de l’appropriation de la substance, des informations sur le processus de la décentralisation dans notre pays », a-t-il déclaré.

Entre-temps, des travaux ont été engagés par la Minusca et le PNUD sur l’état des lieux du processus de la décentralisation. L’Enabel et  l’ONG américaine IRI veulent également apporter leur part de pierre à l’édifice en poussant le débat tout en renforçant les capacités de ces élus afin de prendre conscience de l’entièreté du processus.

Les élections locales sont fixées au 23 janvier 2023  et toutes les entités s’apprêtent à affronter ce rendez-vous attendu dans le pays depuis 35 ans.                        

Belvia Espérance Refeïbona