Le jeune entrepreneur numérique a plusieurs fois été primé pour le travail réalisé par son studio d’animation spécialisé dans les jeux vidéo africains. Il ambitionne désormais de porter plus haut les projets développés par d’autres jeunes du continent et y contribuer au rayonnement de l’industrie.

Engagé dans la promotion des cultures africaines, Teddy Kossoko a fondé en 2017 Masseka Game Studio, une start-up qui développe des jeux vidéo qui servent de vitrine aux traditions d’Afrique. Le Centrafricain de 27 ans, installé à Toulouse en France depuis 2012, est aujourd’hui reconnu à l’international pour son travail dans la valorisation du patrimoine africain via les technologies numériques.

L’idée de se lancer dans les jeux vidéo sur mobile lui est venue alors qu’il termine un diplôme en informatique à l’université de Blagnac en 2014. Teddy Kossoko constate que les personnes qui jouent beaucoup aux jeux vidéo acquièrent des connaissances sur des cultures d’ailleurs. C’est ainsi qu’il commence à travailler sur son tout premier jeu, Kissoro Tribal Game, sorti en 2018 et inspiré du Kissoro, un jeu de plateau très populaire en Centrafrique et que l’on retrouve partout sur le continent africain. Pour cette première réalisation, il bénéficie de l’accompagnement du Centre national de recherche scientifique (CNRS) qui met à sa disposition ses ressources documentaires.

En seulement 2 mois, il a été téléchargé par plus de 13 000 personnes dans une vingtaine de pays dans le monde. En plus d’être disponible en 5 langues (français, anglais, japonais, russe, espagnol), il présente de nombreuses fonctionnalités : mode multijoueur, histoires à découvrir, challenges, tutoriels, quêtes et concours gagnants, entre autres.

Avec Masseka Game Studio, Teddy Kossoko, du haut de son diplôme en informatique appliquée à la gestion des entreprises (MIAGE), a remporté de nombreux prix à l’international. Entre autres le « Pitch Your Game » de la Geek Touch à Lyon en 2017, ainsi que le Tongolo Awards organisé la même année par l’association Sewati Tongolo, dans la catégorie Jeux vidéo.

Au-delà des récompenses, Teddy Kossoko a également noué de nombreux partenariats avec des structures internationales, notamment Intouch, une solution de paiement mobile opérant notamment au Sénégal, le CNRS, l’ambassade de Centrafrique en France ou encore BPIFrance.

Ces multiples prix et partenariats offrent aujourd’hui à Teddy Kossoko l’opportunité de préparer des projets plus ambitieux à travers lesquels il souhaite conquérir de nouveaux marchés. Avec son équipe, il travaille sur le développement de nouveaux produits parmi lesquels un jeu de course dénommé Cours Didier ; Georges d’or, un jeu de foot en 3D mettant en scène un jeune homme pauvre qui veut devenir ballon d’or ; ou encore Imani Imanu et la légende des Sonni, un jeu d’aventure en 2D.

Malgré les succès enregistrés depuis le lancement de son projet il y a 4 ans, Teddy Kossoko reconnaît que l’industrie des jeux vidéo reste encore peu développée en Afrique. « Si le marché africain est en devenir, il faut d’abord résoudre les problèmes d’accès à Internet et former les jeunes créateurs afin qu’ils puissent proposer des jeux répondant aux critères internationaux. La place des créateurs africains à l’échelle internationale est aujourd’hui infime, même si les initiatives déployées sont très bonnes », a-t-il affirmé.

Au-delà de ses propres créations, Teddy Kossoko cherche à présent à valoriser les initiatives d’autres studios de jeux vidéo africains à travers la plateforme African Gaming Networks qu’il a créée en 2019. L’idée derrière ce réseau est de faire face aux obstacles propres au secteur, notamment son organisation, les difficultés de formation et de monétisation des jeux vidéo. En plus de référencer les créateurs, elle propose également une cartographie de l’écosystème africain, et permet d’identifier des talents à soutenir financièrement.

Aïsha Moyouzame/WE Are Tech-Africa