Le Rwanda dont ses troupes interviennent dans la Minusca et un autre continent des forces spéciales appui les forces armées centrafricaines (FACA) à pacifier le pays continu de pousser ses pions en Centrafrique.

Alors que la communauté rwandaise ne fait qu’agrandir avec l’arrivée des investisseurs, la Centrafrique et le Rwanda sont désormais sous les bons draps et renforcent mutuellement leurs coopérations bilatérales.

Dans les organisations internationales et surtout au sein de la Minusca, les forces rwandaises semblent être privilégiées par la population pour leur fermeté vis-à-vis des rebelles, en étant soit dans les forces de la Minusca soit dans le contingent des forces spéciales.

La tête de la Minusca bientôt confiée à une diplomate rwandaise

Valentine Rugwabiza est la diplomate rwandaise qui attend sa confirmation à la tête de la Mission onusienne en Centrafrique.

Cette mission, créée en 2015 à la suite de la mission africaine (MISCA) comprend au moins 1600 soldats, 459 policiers et 250 autres forces onusiennes du Rwanda sont attendues à Bangui.

Alors que depuis sa création en Centrafrique, aucune femme n’a été nommée à la tête de la Minusca la nomination d’un diplomate rwandaise ne peut qu’être saluée. Sa nomination ne posera pas de problème pour beaucoup de centrafricain, même si elle viendra dérouler le calendrier onusien et non celui de son  pays, le Rwanda. Déjà, selon des informations, tous les membres permanents du conseil de sécurité sont tombés d’accord pour sa nomination à la tête de la Minusca.

Valentine Rugwabiza est la représente permanente du Rwanda auprès du Conseil de sécurité des nations-unies à New-York et est aussi membre du cabinet du président Paul Kagamé.

Une autre figure importante du Rwanda dans le système des Nations-Unies en Centrafrique est Christophe Bizimungu, celui qui commande la mission de l’Unité des Polices des Nations-Unies (UNPOL).  Cette unité appuie les forces de sécurité intérieure et la justice.

Aussi, le bureau de coordination des affaires humanitaires en Centrafrique (OCHA) , sous la couverture de la Minusca est géré par un autre personnel onusien de nationalité rwandaise qui se trouve être Védaste Kalina. Les rwandais sont aussi plus nombreux dans les autres agences onusiennes et ONG internationales en Centrafrique.

Beaucoup d’observateurs de la vie politique du pays voie en cela une stratégie importante pour le président rwandais Paul Kagamé de pousser ses pions dans ce pays avec lequel in entreprirent une bonne relation. Même si ceux qui travaillent dans ces agences ont été recrutés indépendamment de l’influence de leur pays, cette coïncidence aujourd’hui est un atout important pour leur pays.

La montée en puissance du Rwanda en RCA ne fait ni chaud, ni froid à la France et à la Russie

Visiblement à couteau tiré en Centrafrique à cause de la présence des paramilitaires russes, la France et la Russie ne trouvent pas d’objection à la montée en puissance du Rwanda. Ceci est d’ailleurs le souhait de plus d’un centrafricain qui s’en tient à la coopération sud-sud.

Si pour désigner le remplaçant du sénégalais Mankeur Ndiaye à la tête de la Minusca les deux pays sont les premiers à valider, la présence du Rwanda et tout son dispositif est un choix du juste milieu dans l’équilibre des forces.

Le Rwanda cherche à normaliser ses relations avec la France et la RDC voisine tandis que ce pays et la Russie sont aussi en bonne relation. Le Président Kagamé a su trouver une opportunité pour pousser ses pions et élargir son champ d’influence dans la sous-région.

Déjà, l’armée rwandaise inspire fortement les forces armées centrafricaines pour leur professionnalisme. Les contingents rwandais n’ont pas été encore associés à des violations des droits de l’homme. Cette armée sympathise avec la population.

Depuis leur déploiement en 2014 dans la mission onusienne, les forces rwandaises assurent la protection des institutions aux côtés de la garde présidentielle. Le président Touadera et son homologue rwandais doivent fructifier la coopération entre les deux pays afin qu’elle soit gagnant-gagnant et au bénéfice de la population.

Jean Ngbandi