La République centrafricaine s’efforce de redynamiser plusieurs secteurs socio-économiques avec l’appui des partenaires qui financent des projets dans ce contexte. C’est ainsi que l’Union Européenne par le biais de l’opérateur « Altair Asesores » a décidé d’accompagner le gouvernement pour l’amélioration de son système budgétaire. A cet effet, il organise, en liaison avec le ministère des finances et du budget, depuis le mercredi dernier et jusqu’au vendredi 11 mars 2022, à l’Hôtel des Impôts à Bangui,  un atelier de renforcement des capacités des acteurs du ministère de la Justice à l’élaboration du Budget Programme.

En effet, dans le cadre des reformes au niveau du ministère des Finances et du Budget, le pays s’est engagé de quitter le « Mode Moyen » pour basculer en « Mode Budget Programme » en ligne avec les normes internationales notamment les directives de la CEMAC. En pré requis de cette mutation, le ministère de la justice doit se doter de maquettes budgétaires tout comme les 31 départements ministériels. 

Pour rappel, ce basculement, initialement prévu pour le 1er janvier 2023, est finalement reporté pour le 01/01/2025 en raison de difficultés techniques et l’exigence d’appropriation de la réforme par les acteurs sectoriels.

Le présent atelier a vocation à lever trois insuffisances identifiées lors de la formation aux bases du budget-programme: la couverture incomplète du périmètre d’intervention dudit ministère par les programmes proposés ; la non prise en compte de la possibilité d’érection de la Cour des Comptes et celle de la Cour de Cassation en institutions constitutionnelles ; enfin la non prise en compte des affaires civiles, pénales, commerciales par les maquettes initiales.

Les apports considérables du projet de l’Union Européenne d’assistance technique au Ministère de la justice par le biais de l’opérateur Altair Asesores.

Pour Jonas Wilson GrengaziaTapiade, administrateur économique et financier, chef de service des réformes budgétaires, le « Projet UE mis en œuvre par Altair Asesores » est en train de jouer un rôle déterminant en appui à l’implantation du budget programme dans les ministères sectoriels et favoriser le basculement du pays vers le Budget Programme ».

Cet atelier, financé par le projet de l’Union Européenne d’appui à la justice et à la sécurité par le biais d’Altair, a la mission de capitalisation des expériences togolaises et burkinabè de passage au budget programme, de l’atelier de restitution qui en a suivi sous la présidence du Ministère des finances et du Budget et plus récemment la formation aux bases du budget programme. Toutes ces actions ont été financées par l’Union Européenne et mises en œuvre par l’opérateur Altair.

En termes d’enjeux,  Jonas Wilson Grengazia Tapiade souligne que « le Budget Programme permet d’aligner les crédits budgétaires sur des politiques publiques. A travers ce nouveau mode de gestion, le ministre des Finances n’est plus l’ordonnateur des dépenses de tous les ministères, mais les ministres sectoriels joueront ce rôle en définissant leurs propres budgets ».

La mise en pratique de ces innovations et l’implication des acteurs est nécessaire.

Pour Paul Poukandja, Chargé de mission Réformes judiciaires et mobilisation des ressources du Ministère de la justice de la promotion des droits humains et de la bonne gouvernance, il est nécessaire que les acteurs profitent de ces ateliers pour s’approprier les concepts afin d’être à la hauteur des résultats attendus. Le Chargé de mission souligne par ailleurs qu’ « En étant au Togo et au Burkina Faso, nous avons pu identifier leurs erreurs au moment de leur basculement. Ceci étant, nous allons profiter des connaissances à travers cet atelier afin de nous améliorer et relever les défis au niveau de notre système ». Il interpelle, par ailleurs, tous les acteurs de tout faire pour mettre en œuvre cette réforme phare dans notre pays ».

En plus du Ministère de la justice de la promotion des droits humains et de la bonne gouvernance,  le « Projet de l’UE mis en œuvre par Altair », accompagne le ministère de l’intérieur de et de la sécurité publique.

Compte tenu du rôle important de ce projet sur la réforme du budget programme, les acteurs du Ministère des Finances et du Budget et des autres ministères sectoriels souhaitent vivement que l’Union Européenne puisse élargir le périmètre de ce projet en matière de budget programme de manière pérenne à l’ensemble des ministères de la république.

Brice Ledoux Saramalet