L’Union Européenne va engager au moins 172 millions d’euros pour soutenir la Centrafrique, dans le cadre des nouveaux programmes couvrant les périodes de 2022 à 2024. Un accord a été signé le 5 octobre 2022 lors de l’édition du dialogue politique permanent entre ce partenaire et la Centrafrique.

Ce financement concerne les lecteurs de la paix et sécurité, justice et éducation ainsi que la lutte contre le changement climatique.

« L’UE reste à côté de toute la population centrafricaine. J’ai eu le plaisir de lancer notre nouveau programme de €172 millions avec le Ministre d’Etat au DDR », a indiqué l’ambassadeur de l’Union Européenne Douglas Darius Carpenter sur son compte Twitter.

L’ambassadeur a indiqué que cette rencontre a permis d’aborder tous les aspects des relations bilatérales et multilatérales, les évolutions globales et régionales, les questions humanitaire, la coopération, l’état de droit, les processus politique et de paix, l’économie et la croissance.

Le président Faustin Archange Touadera a salué le renforcement du partenariat avec l’Union Européenne sur les questions de paix, sécurité, de promotion de la démocratie avant de plaider pour plus d’attention aux défis du relèvement économique et du développement des secteurs productifs.

« Nous reconnaissons certes que les besoins humanitaires restent d’actualité.  Néanmoins, nous devons nous tourner vers les questions de développement et envisager des pistes de solution à travers des investissements nouveaux qui tiennent compte des défis émergeants auxquels la République Centrafricaine est confrontée », a-t-il déclaré.

Le Président Touadera veut faire allusion aux défis d’un développement intégré axé sur le développement et la transformation des secteurs productifs, le développement des échanges commerciaux, la protection de l’environnement, la réhabilitation des infrastructures routières, etc.

C’est dans cet esprit que le Gouvernement est mobilisé à participer à ce dialogue politique pour atteindre les objectifs évoqués.

ce dialogue politique qui s’inscrit dans le cadre de l’application de l’article 8 de l’Accord de Cotonou de juin 2000, dont la fin était prévue en décembre 2020, mais prorogé jusqu’en juin 2023, se tient juste quelques mois après le Sixième Sommet Union Européenne – Union Africaine, du 17 et 18 février 2022, à Bruxelles, en Belgique.

Le Président Touadera souhaite que le communiqué qui sera publié à l’issue des travaux consacre les vertus du dialogue franc et sincère pour la compréhension et la solidarité internationale dans le respect des souverainetés nationales respectives.             Fridolin Ngoulou