Le décret portant mouvement à la Primature a été dévoilé par le premier ministre et le président de la République. Le mieux que l’on puisse dire est la promotion de la jeunesse.

Les jeunes sont en phase du renouvèlement de la classe politique nationale. C’est du moins le signal qui est donné à travers le premier décret portant mouvement à la Primature.

Depuis la phase préélectorale jusqu’à ce moment, la jeunesse s’est montrée engager à prendre le contrôle des institutions de la République, pour enfin préparer la relève de la classe politique d’ici 2027.

Nous avons vu comment ils se sont manifestés pour la course à la députation avec comme mot d’ordre : « Les jeunes doivent prendre le pouvoir ». Initiative vivement soutenue par le Conseil National de la Jeunesse qui a encouragé les jeunes candidats aux élections législatives. Même si nombreux ont perdu les législatives, plusieurs d’entre eux sont entrés à l’Assemblée Nationale.

La porte de la Primature s’ouvre à plusieurs jeunes. D’autres attendent de pieds ferme le mouvement général à la Présidence de la République ainsi que dans les départements ministériels et les institutions de la République.

Cependant, la représentativité féminine, reste faible, surtout les jeunes-femmes qui ne manquent pas de compétence. Elles s’inquiètent après la publication de dernier décret.

La visibilité politique a aujourd’hui besoin d’une jeunesse qui veut rompre avec la vielle méthode politique qui a trainé la Centrafrique dans la boue depuis bientôt 61 ans d’indépendance.

  Le logiciel politique est obsolète et le système a besoin d’une mise à jour, en s’appuyant sur les anciens restés loyaux à la République, avec la capacité de transmettre des bonnes idéologies à la jeunesse Centrafrique, en quête d’un véritable repère pour son indépendance totale.

Fridolin Ngoulou

Décret portant mouvement à la Primature