Les sinistrés restent encore dans les établissements publics à Bangui, alors que nous sommes à l’approche de la rentrée scolaire. Quels sont les dispositifs que les responsables de ces  établissements vont prendre ? C’est dans ce contexte que Oubangui Médias a échangé avec les responsables de l’école koudoukou pour avoir leurs points de vue.

A l’approche de la rentrée scolaire, des sinistrés occupent encore les bâtiments de quelques établissements à Bangui. Pourtant  des acteurs humanitaires leurs sont venus en aide pour trouver un abri  et chercher à se réinstaller. Mais ces derniers sont restés coincés dans certains établissements scolaires. Ce  sont les  victimes des inondations de la pluie diluvienne du 22 juillet qui s’est abattue sur la  ville de Bangui.  

Armand Bago, Directeur du collège de Koudoukou s’explique : « Ce n’est pas à nous chefs des établissements de décider du départ des sinistrés. Un travail est en train de se faire avec l’association des parents d’élèves donc nous attendons de voir la suite. Nous souhaitons effectivement que ces derniers puissent chercher  un abri très rapidement afin que les salles de classe soient libérées pour les enfants ».

Rufin Thierry Rogoue Directeur de l’école  Koudoukou se soucie de l’établissement qui reste encore  inondé à cause de caniveau bouché qui empêchent le passage des eaux : « L’année passée l’ONG APSUD était venue faire des petits canaux d’évacuations des eaux de pluie vers le grand caniveau, mais dommage, il y a deux bâtiments qui sont en construction et les ingénieurs sont venus faire la fondation empêchant le passage des eaux en dehors de la concession ».

Les sinistrés qui demeurent encore dans les établissements comme l’école Saint-Jean de Bruxelles dans le 2eme arrondissement et Koudoukou dans le 3eme arrondissement de Bangui utilisent les lieux comme des petits centres commerciaux. Ils vaquent tranquillement à leurs occupations quotidiennes sans se soucier. En les voyant, ils n’ont pas l’air de bientôt quitter les lieux. Face à cette situation l’on se pose la question est-ce la rentrée sera-t-elle effective dans ces établissements ? il est temps que des dispositions soient prises avant que les élèves ne reprennent les cours.

DORCAS BANGUI YABANGA