Depuis des années, la République centrafricaine fait face à un réel problème de l’urbanisation. Même à Bangui la capitale, plusieurs quartiers ne sont pas urbanisés. Devant la croissance de la population et l’agrandissement voire la création des certaines villes, le gouvernement centrafricain s’active pour établir des projets dans ce contexte et chercher de financement auprès des partenaires pour les réaliser. 

Comme nous l’avions susmentionné, le défi est énorme en matière de l’urbanisation en Centrafrique. Des efforts sont en train d’être réalisés par le gouvernement et les partenaires pour y faire. A cet effet, le gouvernement à travers le ministère de l’urbanisme, chargé de la réforme foncière,  de la ville et de l’habitat en collaboration avec le programme des Nations-Unies pour les établissements humains  ONU-Habitat ont organisé le 17 février, une rencontre dénommée « dialogue multi-acteur sur l’urbanisation pour la paix en République centrafricaine ».

Selon les termes de référence de ce programme, la population en République centrafricaine s’établie à environ 5 millions d’habitants, dont seulement 42% vivent en zone urbaine Le niveau de pauvreté reste particulièrement élevé et il est estimé que plus de 90% de la population active vit en dessous du seuil de pauvreté (fixé à 1,90 USD par jour à l’échelle international)  et la moitié de la population dépend de l’aide humanitaire Les crises politiques et humanitaires ont aussi entrainé de nombreux déplacés (1/4 de la population depuis 2012).

En outre, ledit document a montré qu’en République Centrafricaine (RCA), le gouvernement a reconnu l’importance de doter ses centres urbains et particulièrement Bangui, la Capitale des outils de planification socio-spatiale urbaine pour promouvoir le développement socio-économique et freiner des croissances rapides et peu ordonnées qui risquent d’amplifier les crises existantes du fait des accès inégaux aux cadres de vie viabilisés et provoquer des crises socio-environnementales dans un avenir pas si lointain.

Il est question à travers cette rencontre de discuter sur les points qui ont fait l’objet du premier forum urbain national (FUN) organisé à Bangui le 04 février dernier sur le thème : « la prospérité des villes, l’amélioration du cadre de vie et la transformation des modes d’occupations de l’espace urbain ». Les cinq principales mesures étaient : Porter les préoccupations de l’Urbanisme et de l’Aménagement du territoire au rang des priorités nationales ; Mettre en place un comité interministériel de la ville ; Elaborer un Schéma Directeur de la ville de Bangui et les autres villes de province ; Réduire les inégalités et écarts de développement entre les villes et régions ; en place une coordination de collecte de données actualisées.

 Tout ceci a pour but de préparer la 11ème session du Forum Urbain Mondial (FUM) qui se tiendra du 26 au 30 juin 2022 à Katowice en Pologne. Ce Forum est la principale conférence internationale des Nations-Unies qui porte sur les thématiques au développement. Il regroupe les acteurs publics, privés, et non-gouvernementaux qui s’assemblent afin de travailler comme un seul homme et améliore la vie des populations dans les villes.

« La maitrise de l’urbanisation concours à renforcer la cohésion pacifique entre le peuple ; Pour ce faire, le pouvoir public, les opérateurs économiques, les populations et les partenaires techniques et financiers devraient adopter une feuille de route conjointe visant à rendre les villes et les établissements humains plus résilients, inclusifs et durables », a expliqué Sylla Oumar Directeur régional d’Afrique de l’ONU Habitat.

Quant à  Nicole Koue, ministre de de l’urbanisme, chargé de la réforme foncière,  de la ville et de l’habitat, ce programme est décisif du moment où cela s’inscrit dans le cadre de la prospection sur la vie de la population à long terme. D’où nécessité pour les différents acteurs de se mettre résolument au travail pour convaincre les partenaires. Ce programme se déroule également sous la supervision de la Mairie de Bangui qui a habilité à s’investir en matière de l’urbanisation de la ville. 

Brice Ledoux Saramalet