L’Ordre Centrafricain des Architectes entre dans une dynamique de renforcement de son partenariat avec les autorités. Une assemblée générale est ténue samedi 5 juin à l’hôtel Ledger à Bangui pour échanger sur les pistes de collaboration.

Cette rencontre vise à définir des stratégies nécessaires pour sensibiliser la population ainsi qu’un camp de collaboration avec les autorités.

Institution de la République créée par décret n° 90.055 du 28 février 1990, l’Ordre Centrafricain des Architectes est l’organe qui fédère sur des bases professionnelles et déontologiques tous les Architectes exerçant sur le territoire de la République Centrafricaine. Il définit leurs droits et devoirs et demeure le principal défenseur des intérêts de cette profession. Le constat est que, d’une manière ou d’une autre, l’Ordre peine à occuper la place qui est la sienne depuis sa création.

Aujourd’hui, au moment où le pays tend à amorcer une nouvelle marche vers son développement, l’Ordre Centrafricain des Architectes s’inspire du dynamisme de l’heure en s’offrant une nouvelle équipe dirigeante, choisie à l’issue des élections libres, transparentes et crédibles du 17 Mai dernier. Le nouveau bureau du Conseil Supérieur de l’Ordre se présente comme suit : Président : Aimé Césaire MBARA NZOUMBAÏNITIA, Vice-Président : Hervé Hyppolite NGHOMA GHOMEZ, Secrétaire Général : Davy Giscard  KAMEGBA MAKIMBA, Trésorier Général : Floris Privat Commissaire aux comptes : Yannick Henri Jackson BLECHO MALESSENDJI

Au regard des difficultés qui minent le fonctionnement de ce corps de métiers, caractérisées par méconnaissance du rôle social de l’Architecte et le manque d’implication de ce dernier dans la mise en œuvre des projets de développement en RCA, le CSO place cette mandature sous le signe de la redynamisation des activités de cette profession afin qu’elle retrouve sa lettre de noblesse. Il veut surtout établir un véritable pont entre l’OCA et nos autorités pour permettre à l’Architecte Centrafricain de se prononcer sur les projets d’amélioration du cadre de vie de nos populations.

Les chantiers sont vastes pour que cette institution se lance aussi dans le développement du pays. Selon son président Aimé Césaire MBARA NZOUMBAÏNITIA, les centrafricains ont besoin d’un cadre meilleur et les architectes sont là pour l’aménagement ».

Fridolin Ngoulou