La célébration de la journée nationale des martyrs couplée avec la semaine de la jeunesse édition 2022 a donné l’occasion au Conseil national de la jeunesse centrafricaine en  collaboration avec ses pairs de l’Union Panafricaine de la Jeunesse de décerner  le « Prix de la paix « au Président de la République Faustin Archange Touadera. Un prix qui a pour but de l’encourager à continuer d’œuvrer  pour la paix et le rassemblement  en Centrafrique.

Depuis le 18 janvier 1979  où la jeunesse centrafricaine a été martyrisée pour avoir revendiquée leurs droits par une sédition générale,  cette journée est toujours commémorée chaque année en mémoire des victimes afin d’immortaliser cette tragédie. Célébrée cette année sous le thème ; « la contribution de la jeunesse centrafricaine dans le processus de la décentralisation, du développement local et d’intégration régionale », ladite journée est marquée par le traditionnel dépôt de gerbe au monument des Martyrs  par la présidente du Conseil national de la  jeunesse centrafricaine (CNJCA) Pamela Audrey Derom. Elle est  accompagnée dans cet exercice par le premier Ministre Henri-Marie Dondra et du président de l’Union Panafricaine de la jeunesse (UPJ) Alio Oumarou. Ensuite, l’équipe organisatrice de la célébration de cette journée s’est dirigée à l’Assemblée nationale pour décerner ce prix de la paix au président de la République.

Un prix pour marquer les efforts du président Touadera

A en croire le président de l’Union  panafricaine de la Jeunesse Alio Oumarou,  les raisons d’attribution du prix de la paix  sont nombreuses. La participation de la jeunesse centrafricaine au sommet   de  l’union panafricaine de la jeunesse est l’une des raisons principales. Il encourage les efforts du président Touadera en impliquant  la jeunesse dans les instances décisionnelles : « Je voudrais par la présente féliciter le professeur Faustin Archange Touadera pour tout le travail qu’il fait au quotidien pour l’épanouissement et l’amélioration des conditions de vie de la jeunesse et de la population centrafricaine  », a-t-il fait savoir. Il encourage les jeunes à ne plus se « révolter contre les dirigeants mais à se révolter contre les maux qui gangrènent la société afin de lutter ensemble pour le développement ».

La présidente du CNJA a profité de l’occasion pour attirer l’attention du chef de l’état sur l’éducation et la formation de la jeunesse centrafricaine : « On ne prépare pas la société pour la jeunesse mais on prépare la jeunesse pour la société. Aucune politique ni stratégie de développement n’est viable si elle n’est pas axée sur  la situation de la  jeunesse.  C’est ici l’occasion de vous interpeller sur la réforme du système éducatif. Une jeunesse malformée est un danger pour la patrie ; une jeunesse sans emploi et sans perspective est une proie facile aux idéologies extrémistes  et politiciennes. Privilégions l’entrepreneuriat pour faire face aux problèmes de pauvreté et de la fragilité économique », a-t-elle mentionné.

Pour ses efforts pour la paix en République centrafricaine, le président reçois cette distinction dans un contexte où des efforts sont menées pour la restauration de la paix et de la sécurité dans le pays.

Deux prix en trois ans

Le président Touadera reçoit ce prix après celui qui a été décerné en 2019 par la Fondation internationale Issa Hayatou. Le prix spécial de paix était décerné après un processus tumultueux qui a conduit au dialogue entre le gouvernement et les 14 groupes armés du pays mais surtout pour la signature le 6 février 2019 de l’Accord Politique pour la paix et la réconciliation nationale.

Belvia Esperance Refeibona.