L’UPC publie un communiqué qui accuse le gouvernement de violer le cessez-le-feu. Le ministre Conseiller en Communication et porte-parole de la Présidence de la République Albert Yaloké Mokpeme répond:

« Le cessez-le-feu concerne les groupes armés qui ont signé un engagement de cessez-le-feu, conformément aux recommandations de la feuille de route de Luanda et qui ont déposé les armes. L’UPC n’a pas signé cet engagement mais s’est contentée de prendre acte. Le FPRC de Noureddine Adam aussi n’a pas signé l’acte de cessez-le-feu. Ces groupes rebelles continuent à être considérés comme les ennemies de la République. Le cessez-le-feu ne concerne pas ceux qui continuent à prendre les armes. Ali Darass a refusé de signer l’engagement de cessez-le-feu. En effet, la CPC nous a attaqué, nous nous défendons. Le président de la République, au niveau de la CIRGL a dit, tant qu’ils ne déposent pas les armes, nous allons continuer à les traquer. Ceux qui sont signataires de l’APPR qui ont regagné la CPC et qui ont exprimé à la CEEAC  et à la CIRGL leur volonté de revenir dans l’APPR, nous sommes d’accord à une condition qu’ils déposent les armes, qu’ils signent un engagement de cessez-le-feu et nous procèderons à leur cantonnement. Ceux qui ne sont pas signataires de l’APPR à l’instar de Bozizé sont régis par la feuille de route de Lunda ».

Fridolin Ngoulou