La deuxième édition du festival du film Afro Européen s’ouvre ce samedi 28 novembre 2020 à Bangui. En prélude à ce lancement, une conférence de presse a été organisée vendredi par l’Alliance Française de Bangui et la délégation de l’Union Européenne en Centrafrique.

Ce festival permet de présenter des regards croisés entre l’Afrique et l’Europe et de témoigner ainsi d’une coopération riche et ancienne dans le domaine du cinéma.

Contrairement à l’année dernière, le contexte actuel est particulier car, plusieurs films sont réalisés par des africains. La Centrafrique, présente 4 films sur les 9 sélectionnés. La dénomination du festival du film européen a changé pour devenir Festival du film afro-européen, une création de l’Alliance Française de Bangui et l’Union européenne en Centrafrique.

L’ambassadrice de l’Union Européenne Samuela Isopie se réjouie de ce festival qui permettra de monter une autre face de la Centrafrique. « Nous devons monter un visage de la Centrafrique autrement, pas seulement la crise. Il y’a beaucoup d’espoir dans ce pays », a-t-elle fait observer.

Les films Centrafricains sélectionnés sont : Makongo d’Elvis Ngaibino, Wakis, Chasseur d’Arbres de Tanguy Djaka Yarissi, Lucie de Marlyse Yotomane, Boy Biyo d’Anne Bertille Urille Ndeysseit Vopiande.

Ces films seront présentés simultanément à l’Alliance Française de Bangui, à la maison des Jeunes de Castors et de Boy Rabe, au Lycée Fatima ainsi que dans les quartiers des 7 e et 8 e arrondissements de Bangui ainsi qu’à Bimbo et Begoua avec l’appui de l’ONG Cinéma Numérique Ambulant.

Un cap sera mis en province, notamment à Sibut, Boda, Nola, Bayanga, Bossembele, Boganda, Galafondo et Mbaiki.

Fridolin Ngoulou