Un post Facebook du 04 septembre  2022   via une page dénommé « Dr Raphael BOGNE », affirmant que  Les Drépanocytaires n’ont pas le droit de tomber amoureux et de faire des enfants.  Ceci est une fausse information

Pour vérifier cette information puis démêler le faux du vrai,  nous avons contacté Nadège Madopeo, médecin au « centre de recherche et de lutte contre la drépanocytose  Dr Henri BAYA » au ministère de la santé et de la population de Centrafrique. Nous avons aussi fait recours à Clémence Majoka, présidente de l’association des drépanocytaires de Centrafrique.

Rencontrée  par AFC le 12 septembre 2022, Dr Nadège Madopeo  précise que « C’est une information fausse parce que  les drépanocytaires peuvent mettre au monde et les enfants vivent aussi longtemps  ».

Contactée ce même jour, Clémence Majoka, présidente de l’association des drépanocytaires de Centrafrique a réfuté cette information.  «C’est du mensonge, en temps normal les drépanocytaires font des enfants à l’exemple  de moi-même, j’ai un bébé d’un an. Il ne faut pas tenir compte de ce que les gens disent dans les quartiers, c’est une fausse information ». Confie-t-elle.

La drépanocytose est une maladie génétique courante due à une anomalie de l’hémoglobine – des gènes mutants de l’hémoglobine ayant été hérités à la fois du père et de la mère. Chaque année, quelque 300 000 enfants naissent avec une anomalie majeure de l’hémoglobine et l’on recense plus de 200 000 cas de drépanocytose en Afrique. Au niveau mondial, le nombre des porteurs  est plus élevé dans le cas de la thalassémie que dans celui de la drépanocytose, mais la fréquence élevée de la présence du gène de la drépanocytose dans certaines régions conduit à un taux élevé de nouveau-nés touchés par cette affection.

Cette information intervient dans le but de stigmatiser les personnes atteintes de drépanocytose. Après vérification faite par AFC auprès des spécialistes  de la santé, aucune preuve scientifique ne l’a attesté.

Par Marie-Paule Vopiadé

Des informations et des images vous paraissent douteuses ; contacter notre rédaction au 00236 74 02 15 70/ 75 81 61 38/ 75 38 11  73, ou écrivez-nous sur le mail facfcheckingefe@gmail.com