Pour profiter de l’expérience rwandaise et renforcer a coopération centrafrica-no-rwandaise, le président Faustin Archange Touadera est en visite d’Etat à Kigali de quatre jours.
Selon le protocole, le « président Touadera sera reçu par le président Paul Kagame à Urugwiro, village où les deux chefs d’Etats tiendront une réunion privée avant de s’adresser à la presse ».
Ce renforcement de relation sera matérialisé par l’ouverture d’une ambassade dans les deux pays.
Les enjeux de cette coopération?
Depuis l’offensive de la Coalition des Patriotes pour le changement (CPC) l’année dernière, l’axe Bangui-Kigali s’est renforcé. Le Rwanda a dépêché un contingent militaire qui permis avec le concours des
Forces Armées Centrafricaines (FACA) et l’allié russe de vaincre les groupes armés qui étaient à la porte de Bangui, dans l’intention bien-sur de prendre le pouvoir. Et, Rwanda a aussi décidé d’envoyer 750 casques bleus supplémentaires dans la mission onusienne en Centrafrique, qui a aujourd’hui besoins de 3000 forces supplémentaires pour faire face à l’insécurité et remplir sa mission de la protection des civils. Donc, le Rwanda dispose des casques bleus et des forces spéciales en Centrafrique.
Au plan économique, la Centrafrique a invité les investisseurs rwandais de profiter du marché centrafricain. Dans cette optique, la compagnie aérienne Rwandair dessert déjà Bangui deux fois par semaine. Les mines centrafricaines sont aussi courtisées par le Rwanda qui, certainement ne tardera à profiter de cette manne.
Pour beaucoup d’observateurs, l’artisan de ce lien rwando-centrafricain est le ministre coordonnateur des grands travaux et des investissements stratégiques à la Présidence. Celui-ci a plusieurs entrées à la présidence à Kigali.
Touadera en quête des alliés de taille?
Aujourd’hui, le président Centrafricain semble être isolé vis-à-vis des pays de l’Afrique centrale, notamment de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) et une partie de la CEEAC.
Le Tchad a son problème à gérer et ne gère plus la crise centrafricaine. Le Congo Brazzaville longtemps parrain de la transition doit faire face à une crise économique interne.
Le président Touadera n’a pas le choix de se tourner vers l’Angola et le Rwanda, qui sont les alliés de taille dans la sous-région pour peser sur la scène géopolitique. Le Rwanda n’a pas aujourd’hui des problèmes majeurs avec les pays occidentaux. Le rapprochement Centrafrique-Rwanda ne gène pas Paris, qui aujourd’hui est très bouleversé par la présence russe en Centrafrique.
Les centrafricains attendent beaucoup du Rwanda, surtout que ses contingents, sont très appréciés à cause de leur professionnalisme, depuis qu’ils sont déployés en Centrafrique en 2015.
Junior Max Endjigbongo