Triste information pour les amoureux du foot qui voulaient voir les Fauves de Bas-Oubangui évoluer dans leur tanière de 20.000 places à Bangui lors des éliminatoires de la CAN 2023 afin de bénéficier du soutien des supporters.

La sélection nationale sera donc privée du douzième joueur car le stade 20.000 places est suspendu de compétitions internationales par la Confédération Africaine de Foot (CAF) et la FIFA parce ce qu’il n’est « pas en conformité avec les normes internationales » fixées par la CAF/FIFA.

Une déception pour les centrafricains qui accusent leurs responsables politiques, notamment le Ministère des Sports administré par Mr Aristide Briand Reboas, car cela fait presque deux ans qu’aucune réfection n’a été faite.

Comme pour les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022, le Ministère des Sports et la Fédération Centrafricaine de Foot vont négocier avec des pays tiers pour accueillir leurs matchs à « domicile » déboursant des frais de location et de sécurité ou sollicitant leur générosité. Cette situation est un échec de notre politique sportive menée par le Ministre Reboas.

Ce n’est pas seulement le foot qui est confronté à ce problème mais toutes les disciplines sportives.

Le cas le plus patent est celui du basket dont le parquet de l’omnisport et son éclairage sont vraiment pathétiques, pourtant le pays a été deux fois champions d’Afrique de cette discipline (1974 et 1987).

 Au lieu de sauver le minimum qui reste du stade 20.000 places et de l’omnisport, ils sont transformés en lieu de beuverie et de prostitution.

La piste d’athlétisme se dégrade de jour en jour sans une réaction de l’Onasport.

A quoi ont-ils servi les Etats généraux du sport ?

C’était avec tambour battant que le Ministère des Sports avait annoncé la tenue des Etats généraux du sport au mois de mars. Au lieu de s’attaquer aux racines des maux qui gangrènent le sport centrafricain et qui bloquent son décollage, le Ministère des sports a décidé de suspendre des fédérations sportives ce qui n’est pas ses prérogatives. Persistant dans son pilotage à vue, Aristide Reboas a perdu le procès devant le Tribunal administratif, pire le rapport de l’Inspection Générale d’Etat a épinglé le chef du département des sports et a noté des « anomalies » dans la gestion des 140 millions pour l’Afrobasket à Kigali.

Vu l’absence de stade aux normes internationales, vu la situation de l’omnisport et du Centre Matin Ngocko et le bras de fer engagé entre le Ministère des sports et des fédérations sportives, il y a lieu de dire que les Etats généraux ont accouché d’une souris.

 Ce qui était prévisible. Car, l’on espérait qu’immédiatement cette rencontre nationale, un effort sera fait pour réfectionner les infrastructures sportives. On ne peut prétendre développer le sport national sans infrastructures.

Pire encore, le Dialogue Républicain avait recommandé l’organisation des Etat-Généraux dans un certain nombre des départements ministériels y compris celui de la jeunesse et des sports. C’est à la lumière de l’absence d’une politique claire en matière du sport que le Dialogue Républicain avait recommandé notamment la scission de ce département ministériel afin de la jeunesse soit autonome des sports et de l’éducation physique.

  Junior Max Endjigbongo