Après le conflit tribale qui a occasionné des dégâts matériels et des pertes en vies humaines à Satema, l’union des églises Elim en Centrafrique a dépêchée une mission dans la localité du 20 au 23 février, en vue de faciliter la réconcilier entre les communautés en conflit. Pour l’homme de Dieu qui est à la tête de cette délégation, cette mission a été un grand succès.

A l’origine de ce conflit était une rivalité entre deux coépouses qui a entrainé deux tribus en conflit. Des maisons ont été incendiées et deux pertes en vies humaines enregistrées. Ce conflit fratricide qui  a dégénéré le 23 janvier 2021 a opposé la tribu Langba et Yakoma, tous originels de Satema qui vivaient entre temps dans des liens d’alliance de fraternité, de cousinage et dans une parfaite communion.

Dans une conférence de presse animée par l’apôtre Nicolas Guerekoyame, pour faire la restitution de ce déplacement, l’homme de Dieu affirme que cette mission a été un grand succès « cette mission n’a pas été facile, mais elle a été rendue possible par notre Seigneur Jésus-Christ et grâce à la contribution des personnes de bonne volonté. Elle a été un grand succès. Un grand succès si je peux le dire parce que nous avons réussi à remettre autour de la même table des personnes qui qui se sont divisées après un affrontement», a affirmé le président de l’union des églises Elim en Centrafrique.

Pour l’homme de Dieu, l’aboutissement de cette mission heureuse couvre toutes les plaintes, avant de préciser que c’est là la satisfaction des originels de la Basse-Kotto et de Satéma en particulier. « A l’issu de ce déplacement,  des engagements ont été pris, les Anti-Balaka, les chefs des groupe armés ont pris symboliquement la résolution de remettre leurs armes et gris-gris, un geste qui rassure de plus », a précisé l’apôtre.

L’Apôtre Nicolas Guerekoyame lance un appel de mobilisation à toutes les dénominations religieuses afin de mener des actions pour mettre définitivement fin à ce conflit. « Nous devons nous mobiliser autour de la table en tant que homme de Dieu pour combattre ce fléau qui n’est plus d’actualité, par ce qu’on est au 21ème siècles » a lancé l’apôtre.

Pour apaiser la tension, des moyens sont en train d’être mobilisés pour que les maisons détruites soient reconstruites et réoccupées.

Par Kizer MAÏDOU