Dans le cadre de la restauration de l’autorité de l’Etat, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a apporté son appui au ministère de l’Education nationale dans l’organisation des examens du Baccalauréat, édition 2022. « Sans l’appui logistique, technique, sécuritaire et relationnel de la MINUSCA, les épreuves du Baccalauréat ne pourraient se tenir dans les zones isolées de la République centrafricaine, cet appui a contribué à la stabilisation, car l’éducation est le premier pilier de la culture de la paix », a affirmé le chargé de communication de la MINUSCA, Guy Karema, ce mercredi, lors de la revue des activités hebdomadaire de la Mission, retransmise par la Radio Guira FM.  

Comme l’a expliqué Guy Karema, sur demande du ministère de l’Education nationale, « la MINUSCA a fourni, pour la session, qui s’est déroulée du 28 juin au 1er juillet 2022,  un appui logistique en transportant, à bord de ses appareils, 11 présidents des centres des examens des localités isolées d’Obo, Zemio, Bangassou, Alindao, Kaga-Bandoro, Bria, Ndele, Birao, Paoua, Berberati et Bocaranga », ajoutant qu’environ « 595 kilogrammes de copies d’examen, épreuves et petits matériels ont aussi été acheminés à bon port »

De surcroît, afin d’assurer le bon déroulement des examens pour les 23.800 candidats, toutes séries confondues, a indiqué Guy Karema, « la sécurisation de l’ensemble des centres d’examen a été assurée par la MINUSCA conjointement avec les Forces de sécurité intérieure centrafricaines », soulignant qu’à la fin des épreuves, « dans certains bureaux de terrain, les copies des examens ont été scellées par les officiels et confiées à la MINUSCA qui les a acheminées à Bangui ». 

Autre activité, le lancement des travaux de construction et d’équipement du bâtiment de la Cour d’appel de Bambari. Les travaux vont être réalisés sur le financement des fonds programmatiques 2021-2022 de la section des Affaires judiciaires et pénitentiaire de la MINUSCA. « Avec ce projet, la Cour d’appel de Bambari aura pour la première fois un bâtiment devant abriter le personnel judiciaire », a déclaré M. Karema.  

Prenant la parole, le porte-parole de la Force de la MINUSCA, le lieutenant-colonel Abdoul Aziz Ouédraogo, a d’emblée annoncé l’arrivée en Centrafrique de l’adjoint du Commandant de la Force de la MINUSCA, en la personne du général de Division Pedro Miguel Alves Gonçalves Soares. « De nationalité portugaise, il a été chef de Département dans la Division des Operations et dans la Division de Développement Stratégique des Forces du Grand Quartier général des puissances alliées en Europe de l’OTAN, à Mons, en Belgique. Plus récemment, il était le Commandant de la Brigade de Réaction Rapide », a-t-il précisé. 

Faisant le point sur la situation sécuritaire dans le pays, le lieutenant-colonel Abdoul Aziz Ouédraogo a indiqué que dans le secteur Est, la situation sécuritaire, qui était tendue dans la zone de Ouanda-Djallé, est maintenant calme. « Les casques bleus des contingents marocains, zambiens, rwandais et de l’unité d’aviation srilankaise continuent d’effectuer des patrouilles robustes de domination dans les localités de Ouanda-Djallé, Bakouma, Birao, Bria, Nzako, Zemio, Rafai et Bangassou », a-t’il affirmé, ajoutant qu’«une campagne de consultation gratuite au profit des populations a été menée la semaine écoulée par la Force, et un match de football s’est joué pour renforcer la cohésion entre les casques bleus et les jeunes de la localité ».  

Pour ce qui concerne le secteur Ouest, le porte-parole de la Force de la MINUSCA a informé que la zone autour de Batangafo et l’axe Pougol-Mbipourou connait une activité criminelle croissante avec des braquages et des extorsions de biens et de vivre dont sont victimes les populations. « Les casques bleus tanzaniens, camerounais et bangladais prendront les mesures nécessaires pour faire cesser ces actions illégales », a-t-il rassuré, confirmant que dans le secteur Centre, la situation reste calme mais imprévisible à Dimbi, avec des actions isolées de certains éléments armés qui y ont mené une attaque le 8 juillet. « Les casques bleus mauritaniens et rwandais y ont été déployés et ils continuent de sillonner la zone afin d’assurer la protection des civils et empêcher toute action hostile contre les populations », a déclaré le lieutenant-colonel Abdoul Aziz Ouédraogo.   

De son côté, le porte-parole de la Police de la MINUSCA, le commissaire Serge Ntolo Minko, a indiqué que, sur le plan opérationnel, les états-majors intégrés de la MINUSCA, à travers les unités de police constituées et les officiers de police individuels, conjointement avec leurs homologues des Forces de sécurité intérieure centrafricaines, continuent les patrouilles diurnes et nocturnes dans les carrefours, artères et points stratégiques de la ville de Bangui et en régions. « Cette posture proactive a permis de quadriller, à Bangui et en régions, les lieux de prières et de célébrations de la fête de la Tabaski », a-t-il dit. 

Le commissaire Serge Ntolo Minko a aussi fait part d’une visite que le chef de la composante Police, le commissaire de Police Christophe BIZIMUNGU, a effectué, le 07 juillet, à Bria, pour galvaniser et passer les consignes aux éléments de la deuxième unité de police constituée de la Mauritanie, en prélude à leur participation en appui à la force de la MINUSCA, à l’opération de domination de zone du secteur-Est (Ouanda-Djallé, Sam Ouandja et Ouadda). « Dans un contexte particulièrement marqué par la recrudescence d’attaques et d’exactions de groupes armés, d’accès difficiles dans lesdites localités et le déficit de carburant, le commissaire de Police a tenu à rassurer ses collaborateurs et les a encouragés pour les efforts consentis jusque-là », a rapporté le porte-parole de la Police. 

Evoquant une rencontre que le chef de la composante Police a eue, le 8 juillet, à Bangui, avec une délégation de la Police chinoise, forte de 08 membres, dont un conseiller de l’Ambassade de Chine à Bangui, le commissaire Serge Ntolo Minko a révélé que les deux parties avaient échangé sur la situation sécuritaire à Bangui et en province, l’évaluation faite par UNPOL sur le processus de paix en RCA, la coopération entre UNPOL, la Police et la Gendarmerie centrafricaines, ainsi que la structuration de la police de la MINUSCA, ses fonctions principales et ses défis.  

Pour terminer, le porte-parole de la Police a informé que la réunion mensuelle des partenaires techniques et financiers s’est tenue le 5 juillet, à Bangui. « Cette assise a permis aux UNPOL du pilier Développement de présenter les différents projets qui seront mis en œuvre au profit des Forces de sécurité intérieure centrafricaines », a-t-il dit. 

Minusca