Sans combat, l’armée nationale et ses alliés ont  fait leur entrée ce mercredi 24 février 2021 dans la ville de Bossangoa, déjà déserte à la veille.

Cette ville, considérée comme capitale politique et centre de commandement militaire de la rébellion de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) de François Bozizé est tombée sans affrontement. Les rebelles se sont retirés à la veille, à l’annonce de la présence des forces loyalistes à une dizaine de Km de la ville de Bossangoa.

La ville s’est vidée de sa population. Certains habitants se sont réfugiés dans les églises alors que d’autres ont fui dans la brousse.  

Selon des informations d’Oubangui Médias, les rebelles ont d’abord pillé toutes les ONG humanitaires et quelques commerces avant de prendre fuite.

Le chef du gouvernement Firmin Ngrebada a salué la prise de Bossangoa avant de soutenir que l’ordre sera rétabli dans toute la préfecture de l’Ouham.

François Bozizé qui est depuis novembre 2020 dans cette ville aurait quitté Bossangoa avec ses parents il y’a quelques jours pour une destination dont on ignore encore, même si les proches du pouvoir affirment qu’il serait au Tchad, y compris quelques leaders de la CPC.

La stratégie de la CPC consiste ces dernier temps à un retrait afin d’éviter des affrontements. Mais où vont-ils ? Pour quelles fins ? Aucune explication n’est encore donnée par les leaders de la CPC.

Fridolin Ngoulou