GENÈVE : 72ème SESSION DU COMITÉ EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES POUR LES REFUGIES.

Déclaration du Gouvernement par Son Excellence Virginie BAIKOUA, Ministre de l’Action Humanitaire

➢ Madame la Vice-Présidente du Comité Exécutif ;

➢ Monsieur le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés ;

➢ Mesdames et Messieurs les Chefs de délégation ;

➢ Distingués invités en vos rangs et qualités ;

Au nom de la délégation centrafricaine, je tiens tout d’abord à m’acquitter d’un devoir celui de féliciter le Haut-Commissaire, Monsieur Filippo Grandi pour sa déclaration et l’organisation de cette session, qui se tient dans un contexte mondial difficile, marqué par la pandémie à Covid-19.

C’est ici le lieu de saluer les efforts remarquables du HCR dans la lutte contre cette pandémie, en vue d’apporter protection et assistance aux personnes relevant de sa compétence.

La République Centrafricaine par ma voix souscrit à la déclaration du Groupe Africain prononcée par son excellence l’Ambassadeur du Burkina Faso. Aujourd’hui, mon pays apporte un message d’espoir et de détermination. Espoir pour environ 11.000 réfugiés issus de différents pays qu’il accueille et détermination pour la poursuite des opérations humanitaires et le respect de ses engagements en faveur de ces personnes déracinées. Alors que nous nous apprêtions à prendre part à cette 72ème session, la ville d’OBO, située dans la préfecture du Haut-Mbomou en République Centrafricaine vient d’accueillir ce mois de septembre un afflux d’environ 250 réfugiés Sud-Soudanais en provenance de TAMBOURA suite aux conflits armés ce qui porte à environ 3.000 l’effectif des réfugiés dans cette ville.

Les réfugiés qui viennent d’arriver ont besoin d’une assistance dans le cadre d’urgence. En outre, au 31 aout 2021, le nombre total des personnes déplacées internes en République Centrafricaine est estimé à 712.945 individus composés respectivement de 194.711 personnes dans les sites et 518.234 personnes dans les familles d’accueil selon les derniers rapports de la Commission de Mouvement de Population (CMP).

Par ailleurs, dans le cadre de solutions durables, en l’occurrence les facilités aux retours des compatriotes réfugiés à l’extérieur du pays, le Gouvernement Centrafricain et l’UNHCR ont organisé le retour dans la dignité et la sécurité d’environ 20.000 centrafricains.

Les opérations de rapatriement ont été mises en veilleuse à cause de l’insécurité généralisée orchestrée par les rebelles de la coalition des patriotes pour le changement (CPC) au mois de décembre dernier.

La situation étant vite maitrisée par les FACA, les Alliés et les Forces de Défense et de Sécurité, nous espérons reprendre d’ici le 15 octobre le rapatriement de nos compatriotes auxquelles bon nombre y adhère déjà.

Le Président de la République, Chef de l’Etat Professeur Faustin Archange TOUADERA, a souligné dans son discours à l’occasion de la 76ème session ordinaire de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New-York, le 22 septembre dernier, sa volonté de préserver l’ordre constitutionnel, l’ancrage démocratique et la consolidation de la paix et la stabilité à travers la réforme du secteur de la sécurité et le programme nationale de Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement (DDRR) ; une mise en œuvre des actions permettant ainsi le retour massif des réfugiés et des personnes déplacées internes. Outre la distribution des kits contre la résurgence de Covid-19, les bureaux de terrain travaillent pour la réintégration des rapatriés et l’acquisition de certificat de naissance et autres documents administratifs après le retour.

 Quant à l’accès à l’asile et le non-refoulement, la République Centrafricaine a organisé des sessions régulières de détermination du statut de réfugiés pour le 1er semestre de cette année. Cent (100) dossiers ont été examinés lors des précédentes sessions dont 80 demandes examinées lors de la Sous-commission d’Eligibilité et 20 autres par la commission de recours. Le Gouvernement continue d’enregistrer des demandes d’asile. La documentation et l’assistance se poursuivent tant à Bangui que dans les bureaux de terrain.

➢ Mesdames et Messieurs ;

➢ Chers Délégués ;

Face aux urgences, aux demandes d’assistance et des nombreux défis à relever dans le cadre de l’autonomisation progressive et l’intégration locale des réfugiés, les besoins sont énormes et cruciaux. Le Gouvernement par ma voix, s’engage à opérationnaliser le Comité de Pilotage des Solutions Durables pour la République Centrafricaine qui a été créé conformément à la Stratégie Nationale des Solutions Durables et Co-présidé par le Ministère de l’Action Humanitaire, de la Solidarité et de la Réconciliation Nationale avec l’appui du HCR, tout comme le Comité Stratégique placé sous la Très Haute Autorité du Chef de l’Etat.

L’appui constant et inconditionnel du HCR et de la Communauté Internationale sera d’un appoint majeur pour la mise en œuvre des activités au profit des personnes sous mandat ou relevant de notre compétence. Je saisi cette opportunité pour présenter les sincères remerciements du Gouvernement que dirige Son Excellence Henri Marie DONDRA, Premier Ministre sous la Très Haute Impulsion de Son Excellence le Professeur Faustin Archange TOUADERA, Président de la République, Chef de l’Etat pour les efforts et le soutien de l’UNHCR ainsi que la communauté internationale en faveur de la République Centrafricaine.

Je dois témoigner la gratitude du peuple Centrafricain à l’endroit des organisateurs de cette session en période de crise sanitaire, ils ont réussi à réunir le monde autour des questions liées à la problématique des personnes Déplacées. J’ose croire que les recommandations et résolutions issues de ce moment d’échange seront prises en compte et traduites dans les faits.

➢ Mesdames et Messieurs ;

Je voudrais adresser mes sincères remerciements au Haut-Commissaire, Monsieur Filippo GRANDI, et l’ensemble du personnel du HCR pour leur soutien constant à la République Centrafricaine, et les féliciter pour leurs efforts dans la recherche des solutions durables en faveur des réfugiés et personnes déplacées internes.

Ma délégation reste convaincue que seules des solutions durables, notamment le retour volontaire et librement consenti pourra mettre fin aux souffrances des Déplacés. Je tiens ici à saluer l’initiative de la mise en place d’une plateforme d’appui aux solutions durables pour la situation Centrafricaine.

Cependant, mon pays reste préoccupé par l’insuffisance des financements des programmes et l’absence des acteurs de développement dans les zones où les conditions sont redevenues favorables au retour. Je lance donc du haut de cette tribune, un cri de cœur pour plus de mobilisation des ressources en faveur de la République Centrafricaine mon pays qui ne veut que la paix, la sécurité et la stabilité.

Je vous remercie.