«Sans la paix rien de concret ne peut se faire dans un pays, nous demandons juste au conseil de sécurité d’écouter la plainte du peuple Centrafricain qui n’est rien d’autre que la levée totale de cet embargo » a lancé Joachim Tchiabass, responsable du groupe de dance Wandara ti siriri.

Ce dernier a fait cette déclaration lors d’une manifestation organisée par son groupe de danse le samedi 02 octobre 2021 au point zéro à Bangui. L’objectif est de soutenir les actions menées par le pouvoir de Bangui qui est dans la dynamique des négociations pour la levée totale de l’embargo sur les armes en Centrafrique.

En effet, depuis quelques mois, on ne cesse d’enregistrer des séries de manifestation de mécontentement à Bangui. Ces manifestations selon les organisateurs est une forme de lobbying à ciel ouvert pour montrer à la communauté internationale qu’il est important que les Forces armées centrafricaines puissent se réarmer officiellement. Il est question de donner la chance aux FACA d’assurer la sécurité du peuple centrafricain dans les conditions requises. Pour Tchiabass Joachim « Il y avait aucune raison valable pour que le Conseil de Sécurité des Nations-Unies puisse prolonger cet embargo d’une année sur les armes à destination de la RCA ».

Aujourd’hui, un calme règne sur presque toute l’étendue du territoire et le gouvernement a repris le contrôle de plus de 80% du territoire. Les FACA, les gendarmes et les policiers recyclés par les instructeurs russes, américains, EUTM avec l’appui de l’EUAM sont déjà déployés à l’intérieur du pays. 

« Le renouvellement de cet embargo est profitable aux groupes armés qui se réorganisent car  du moment que les FACA manquent des moyens suffisants pour les affronter. D’où nécessité que l’on puisse trouver une solution à ce problème », a souligné la source susmentionnée ».

Au moment où ses manifestations, le pays s’active pour l’organisation d’un dialogue républicain. Tant attendu sur le plan national et international, ce dialogue se présente comme un élément clé pour le retour de la paix durable en Centrafrique. A cet effet, les organisateurs de ce dialogue et les acteurs n’ont pas droit à l’erreur. Le peuple est fatigué des manipulations politiques, il réclame la paix qui est la condition sine qua none pour son bien-être.

Rayms Yanguere