Ils sont au total 249 combattants du Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC), Rassemblement Patriotique pour le Renouveau de Centrafrique (RPRC) et Mouvement des Libérateurs Centrafricains pour la Justice (MLCJ)  à adhérer en 2020 au processus DDRR pour changer le cours de leur vie en apprenant des nouveaux métiers pour faciliter leur réintégration socioéconomique, après avoir abandonné la rébellion.                   

C’est l’objectif que poursuit le projet de réintégration des ex-combattants (PREC) un des volets du PNDDRR, qui constitue une opportunité offerte par le Gouvernement aux  ex-combattants de refaire leur vie.   Ce projet est en cours à Bangui, Bria, Birao et Bandoro.

En ce moment à Birao dans la Vakaga, 195 ex-combattants suivent des formations professionnelles sur des nouveaux métiers. Ce, dans le cadre du projet de réintégration des ex-combattants (PREC) financé par la Banque mondiale. Ces 195 ex-combattants ont librement porté leurs choix sur 7 filières prometteuses selon les opportunités économiques de la région.  Il s’agit des filières comme couture, mécanique et conduite automobile, Informatique, Elevage, Culture attelée, Commerce et Soudure. Ils se verront remettre d’ici mai 2022 leurs Kits AGR individuels. Un package déjà préparé selon leurs choix.

Aux côtés de ces ex-combattants, 300 jeunes à risque ou personnes vulnérables ont été choisis dans la communauté pour bénéficier eux aussi de cette formation professionnelle. Tout comme les ex-combattants, ces jeunes à risque ont eux aussi choisi ces 7 filières.

Cependant, ces jeunes hommes et femmes à risque sont regroupés en dans des différentes associations/groupements légalement constituées en vue de bénéficier de  la formation. Le groupement  ayant porté  son choix sur la couture, ou sur l’élevage ou encore sur l’Informatique. Les membres seront formés à la couture et recevront un kit AGR collectif. Le groupement mettra en place un bureau pour la bonne gestion  et l’exploitation du kit.

Il convient de souligner aussi que, le PREC est aussi implémenté dans la Nana-Gribizi, où 700 jeunes à risque et 192 ex-combattants sont pris en charge par le gouvernement à travers ce projet, sur financement de la Banque mondiale. 

  Le RJCDDRR