La pluie qui a surpris les Banguissois dans la nuit du 24 mars 2022 et qui continue en ce moment sur la capitale centrafricaine a laissé des multiples ménages dans des situations humanitaires. Le premier bilan fait état des plusieurs maisons détruites, des toitures emportées et des arbres déracinés
En effet, tout a commencé dans les environs de 18h quand, après les différentes activités, les gens sont rentrés à la maison et s’apprêtent peut-être à se retrouver autour du diner. C’est là qu’un vent violent arrive et met tout le monde debout. Les gens sont obligés de se mettre à l’intérieur. Mais peu de temps après, Bangui est sous une pluie diluvienne.
Ce bilan a laissé des familles dans des situations humanitaires alarmantes comme le témoigne Wilfried Lonem, un habitant de Boy-rabe dans le 4èm arrondissement : « Je suis dépassé par le dégât qu’a causé cette pluie car plusieurs maisons sont détruites comme à l’exemple de celle de mon ami que je suis allé moi-même soutenir. Il est obligé de payer des matériaux pour remonter sa toiture ».
Gérard qui est fabricant des marmites au niveau du pont de l’hôpital de l’Amitié se plaint du fait que son atelier est complètement détruit : « C’est avec ce petit métier que je gagne ma vie. Non seulement moi mais les autres artisans qui sont avec moi. Là, nous avons du pain sur la planche car il nous faut reconstruire le hangar et le four. Cela peut nous prendre jusqu’une semaine ».
Cependant, du côté du Gobongo, juxtaposé au quartier Galabadja, Epiphanie Nambozouina, journaliste animatrice à radio Centrafrique a publié sur son compte Facebook qu’un arbre déraciné et a détruit sa maison mais sa vie et celle de sa famille est épargnée : « Dieu est pour nous un refuge et un appui. Un secours qui ne manque jamais dans la détresse. Il a sauvé ma petite famille », a-t-elle posté avec des images très touchantes.
Il faut préciser que ceci n’est qu’un bilan provisoire qui peut s’alourdir au fur et à mesure. Le gouvernement à travers le ministère de l’Action Humanitaire doit se mettre déjà au travail pour identifier, recenser les problèmes des ménages et si possible les secourir.
Brice Ledoux Saramalet