Plusieurs rapports ont montré que les conséquences de la crise militaro-politique que traverse la République centrafricaine sont énormes. Face à cette situation, des partenaires n’hésitent pas souvent à apporter leur contribution pour secourir la RCA sur le plan d’assistance humanitaire et économique.

C’est dans cette initiative que le Bureau des Nations-Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) a signé la semaine dernière avec le gouvernement centrafricain par le biais du ministère des affaires étrangères et des centrafricains de l’étranger un « Accord de siège », ceci dans le but de rendre formelle la coopération entre la Centrafrique et l’UNOPS comme le souligne la signature de ce document pour mettre en valeur l’aspect légal la relation avec la RCA.

« Nous mettrons beaucoup d’accent sur la construction des infrastructures par exemple les routes à l’intérieur du pays afin de désenclaver certaines communautés comme on l’a fait entre Kaga-Bandoro et Ndele dont les travaux seront bientôt finis. Et nous planifions les travaux de construction de la route qui relie la ville de Ndele à celle de Birao », a souligné Mark Ohanian, chef de Bureau UNOPS.

Pour Mark Ohanian, les défis sont énormes mais avec l’aide du gouvernement ils arriveront à atteindre les objectifs. « C’est une manière de rehausser l’économie du pays car le domaine de transport est un vecteur indispensable dans le cadre des circulations des biens et des personnes », a-t-il précisé.

Devant l’important que Bureau des Nations-Unies pour les services d’appui aux projets est appelé à jouer dans le pays, la ministre en charge des affaires étrangères et des centrafricains de l’étranger Sylvie Baïpo-Temon a donné le quitus et rassuré l’apport du gouvernement pour la réussite de ces différents projets : « Un accord de siège donne une dimension diplomatique dans la relation de partenariat. Alors, cet accord de siège entre la RCA et l’UNOPS qui est désormais notre partenaire dans le cadre légal va permettre au gouvernement de s’engager afin de faciliter les activités de l’UNOPS en Centrafrique », a-t-elle souligné.

Même si le gouvernement a donné son aval à UNOPS de travailler officiellement en Centrafrique, les autorités nationales auront toujours un œil sur les activités que mèneront ce partenaire, ce qu’a déclaré aussi  la ministre Baïpo. « Notre pays est un pays enclavé donc il a besoin de s’ouvrir. Mais nous aurons aussi à veiller sur la réalisation du projet dans le cadre de rotation du personnel, de la faisabilité et autres pour que tout se passe dans les normes pour le bienêtre de nos population ».

La signature dudit accord s’était déroulé le jeudi 18 novembre dernier au cabinet du  ministère des affaires étrangères et des centrafricains de l’étranger en présence des membres dudit cabinet.

Rappelons qu’en Centrafrique, l’UNOPS fournît des services de gestion de projet, d’achats et de ressources humaines.

Grâce à un large éventail d’activité, l’UNOPS contribue au renforcement de la résilience des communautés, à l’amélioration des infrastructures de transport ainsi qu’à la consolidation de la paix et de la sécurité.

Brice Ledoux Saramalet