La section communication et information de la Minusca de Bouar a organisé le weekend dernier une campagne de sensibilisation de masse à l’endroit de la population de Boali sur la lutte contre la discrimination. Ceci à l’occasion de la journée internationale de la paix célébrée en différée autour du thème : la lutte contre le racisme. Mais au niveau national, la thématique retenue s’intitule : Mettre fin à toute forme de discrimination, bâtir la paix.

Ce moment a regroupé plusieurs milliers de personnes devant le siège de la Fédération Nationale des Éleveurs de Centrafrique (FNEC), située à Boali en présence du maire de la localité Pierre Poutou qui a ouvert cette campagne.

Plusieurs sous thèmes ont été développés entre autres la lutte contre la discrimination, la pérennisation de la cohésion sociale,  la résolution  pacifique de conflits, la lutte contre la désinformation ainsi que l’égalité entre l’homme et la femme et les droits de l’Homme.

Pour Alain François Bonaventure Matchindji, assistant en communication et information publique à la Minusca de Bouar, le but de cette campagne est de permettre aux habitants locaux  à promouvoir la paix en Centrafrique et à bâtir la paix entre eux. «  En ce qui concerne la République Centrafricaine, on ne peut pas parler du racisme, mais ce qui nous divise c’est la discrimination entre les communautés c’est pourquoi nous avons choisi ces différents sous-thèmes », a-t-il souligné avant d’ajouter que c’est également une sensibilisation qui va pousser la population à rejeter la discrimination en vue de faire la paix, rien que la paix qui est la condition sine qua non pour un développement durable.

Il a par ailleurs lancé un message de paix et de cohésion sociale à la population de Boali en ces termes : « D’après tous les évènements malheureux qu’a connus notre pays, nous exhortons les habitants de Boali et ses environs d’être ensemble, de se redonner confiance, de voir l’autre comme soi et se donner pour une culture de la paix et un changement de mentalité, de comportement pour que la paix revienne définitivement à Boali et dans les autres villes du pays », a-t-il lancé.

Augustin Ekey Bolowa, chargé des programmes de la jeunesse de Boali a pris part à cette campagne de sensibilisation. Il l’apprécie à sa juste valeur. « Ce qui m’a plu, ce que cette activité a regroupé et chrétiens et musulmans. Mais pourquoi doit-on haïr les uns et les autres au profit des Hommes politiques ? Alors que nous sommes fils et filles d’un même père qui est Barthélémy Boganda et d’une même mère qui est la RCA ? », s’est-il interrogé.

Plusieurs prix  composés de parapluie, sacs, tee-shirt, et jus, ont été remis aux heureux gagnants à l’issue d’un jeux concours organisé pour la circonstance. Près Boali, le cap est mis sur la localité de Lambi.

Judes Romain Koualet.