Le 15ème pèlerinage diocésain à Ngoukomba édition 2021 a été organisé le weekend dernier, l’occasion pour le Cardinal Dieudonné Nzapalainga de lancer un appel fort pour le dialogue entre toutes les parties, un dialogue qu’il souhaite être inclusif.

Alors que le gouvernement avait déjà mis en place le comité préparatoire du dialogue républicain, celui-ci est critiqué pour son caractère non inclusif car, il se tiendra exclusivement avec les forces vives de la Nation, sans la présence des leaders des groupes armés, principalement François Bozizé qui avait pris la tête de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC). Nous vous invitons à découvrir l’extrait de l’Homélie du Cardinal Dieudonné Nzapalainga à ce 15ème pèlerinage de Ngoukomba.

(…) En tout temps et en toutes circonstances, Dieu nous invite à marcher ensemble. Cela vient du fait qu’en soi, il est communauté. Notre Dieu n’est qu’Amour : il n’est pas solitaire. La réussite des missions divines est intimement liée à la parfaite communion existant entre le Père, le Fils et le Saint Esprit. Et surtout, il a choisi de ne pas régner seul mais de s’associer sa créature, l’homme et la femme en particulier. À nous, il communique son amour pour que nous en soyons le reflet sur toute la terre.

Frères et sœurs,

L’évocation de Marie, figure éminente du temps de l’Avent, me permet de mettre en évidence l’actualité du message du salut que ce pèlerinage et les textes liturgiques de cette messe nous invitent à écouter et à vivre.

 Je voudrais en premier lieu évoquer la disponibilité pour le service de Dieu et le service du prochain. A l’instar de notre Mère, la coopération à l’œuvre du salut requiert avant tout notre disponibilité. Lorsque nous privilégions uniquement nos intérêts égoïstes et des rêves de grandeur démesurée, nous courons le risque de ne jamais servir authentiquement le Seigneur et de désobéir à l’instar d’Adam et Eve.
Ensuite, je voudrais parler du dialogue et de l’écoute, attitudes fondamentales pour qu’il y ait cohésion sociale. L’exemple du Créateur venant à la rencontre d’Adam et Eve qui se sont exclus de la communion avec lui par leur désobéissance, mérite de nous interpeller en Eglise mais encore en société.

À l’exemple et à l’imitation de Dieu, l’Eglise est appelée à s’ouvrir incessamment, à se rendre dans les périphéries pour écouter et dialoguer avec tous afin de leur faire entendre la Bonne Nouvelle du salut.

Notre société en marche vers le dialogue devrait, elle aussi, s’inspirer du geste du Créateur. Quelle société voulons-nous construire ? Quel lendemain souhaitons-nous faire germer ? Marcher ensemble ne détruit pas nos différences mais suppose acceptation et respect de l’autre. Nous marchons vers un objectif. Nous ne pourrons bâtir un avenir meilleur qu’en marchant ensemble, en rêvant ensemble, en définissant des objectifs communs. Pour cela, il est primordial d’inviter tous les fils et les filles du pays à la communication. Tous, y compris ceux que l’on pourrait assimiler aux « monstres » sociaux car ils ont certainement leur mot à dire. Marcher ensemble ne signifie pas détruire nos différences mais au contraire les considérer et les respecter.

Enfin, la solennité de l’Immaculée conception nous rappelle une vertu à laquelle le monde tend à apporter peu de considération, la pureté. Au cœur des Béatitudes, Jésus nous dit que seuls ceux qui disposent d’un cœur pur peuvent voir Dieu : « Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu » (Mt 5, 8). La pureté intérieure est la disposition qui favorise la rencontre 4 authentique avec le Seigneur et avec le prochain. L’évocation de la pureté en cette solennité me fait penser à la vocation à la sainteté de tous les enfants de Dieu (cf. Mt 5, 48). De ceci, je voudrais m’adresser à vous les jeunes du Centrafrique que l’exemple de Marie devrait particulièrement interpeller. La Parole de Dieu rapporte que lorsque la Mère du Seigneur reçut le message de l’ange, elle était jeune. Elle rêvait certainement de vivre une vie heureuse. Quels sont vos rêves et quels moyens mettez-vous en œuvre, quels chemins empruntez-vous pour les réaliser ?

J’entends dire que nombreux sont les jeunes qui desservent de plus en plus la pureté et la dignité reçues du baptême en courant de façon effrénée après la réussite facile ou l’enrichissement illicite : achat de diplômes, pratiques occultes et suspectes afin de vite et beaucoup avoir. Pour mener à bien sa vie et réaliser ses rêves, Marie ne s’est pas référée à des marabouts ni à des marchands d’illusion.
De l’exemple de notre Mère, nous pouvons apprendre qu’être jeune ne nous dispense pas de nous rendre disponibles pour le service de Dieu et des hommes. Malgré notre jeune âge, nous pouvons et devons déjà coopérer à l’avènement d’une nouvelle société où règnent la justice, la paix, la fraternité universelle et la dignité.

Demandons à Marie, Immaculée conception, Notre Dame de l’Oubangui, de vivre avec nous l’expérience de la synodalité, d’éclairer notre marche par son intercession. Confions-lui la marche de notre pays vers un dialogue authentique. Qu’elle prenne sous sa garde les jeunes garçons et filles du Centrafrique en quête de paix, de réussite et de bonheur. Que son Fils nous purifie et nous comble des grâces requises pour une bonne préparation de son avènement, maintenant et pour les siècles des siècles, amen !

Bangui, le 11 décembre 2021

Dieudonné Cardinal NZAPALAINGA, C.S.Sp Archevêque Métropolitain de Bangui

Cf. . 1 Pie IX, Ineffabilis Deus.