Le 5 juillet 2022, la Société Civile du Secteur Minier de la République Centrafricaine (SCSM-RCA), à travers son coordonnateur, Josey Stéphane Poukesserandji, a officiellement lancé ses activités à Bangui en salle de la conférence de l’Ecole Nationale d’Administration de Magistrature (ENAM). Cette nouvelle organisation de la société civile se donne pour mission d’accompagner les acteurs du secteur minier à défendre leurs intérêts et de lutter contre les maux qui gangrènent ce secteur.

La République Centrafrique est un pays à forte potentialité géologique et minière. Son sous-sol regorge des minerais stratégiques économiquement rentables. Les principales ressources sont : le diamant, l’or, l’uranium, le fer, le platine, le cuivre, le zinc, le cobalt, les terres-rares, le gaz et le pétrole. Jusque-là, les retombées d’exploitation de ces ressources minières ne profitent pas au pays moins de 1% dans les recettes de l’Etat, selon le rapport de la Banque Mondiale 2021 sur les ressources naturelles de la RCA.

De nombreux cas de fraudes et contrebandes, les réseaux de criminalité, l’ingérence des hommes politiques dans le circuit de la production et commercialisation de ces ressources constituent aujourd’hui des maux qui freinent le développement dudit secteur. Cette situation a suscité la réaction des acteurs de ce secteur. Ils ont mis en place une organisation citoyenne dénommée SCSM-RCA (la Société Civile du Secteur Minier de la République Centrafricaine (SCSM-RCA), pouvant les aider à dénoncer cette mauvaise gouvernance dans le secteur des industries extractives de la RCA.

La SCSM-RCA a pour objet : de lutter contre les fraudes, la contrebande, la traite de personnes, les réseaux de criminalité qui gangrènent le secteur par des échanges directs avec les différents acteurs (i) ; de faire des plaidoyers auprès des partenaires internationaux pour la levée des sanctions (ii) ; soutenir et accompagner les acteurs du secteur des mines (iii) ; lutter contre l’analphabétisme et les maladies sexuellement transmissible (iv).

Motivation de la création de la SCSM-RCA

Lors de la conférence de presse du lancement officielle de cette organisation, Josey Stéphane Poukesserandji, coordonnateur national de la SCSM-RCA est revenu sur la motivation de la mise en place de la SCSM-RCA : « Nous avons décidé de créer la SCSM-RCA afin d’aider et d’accompagner la population centrafricaine, le gouvernement, les partenaires techniques et financiers, les autres acteurs dans leurs activités pour le développement du secteur minier centrafricain, par des conseils, par des formations à travers des séances de sensibilisation tout en publiant les rapports des enquêtes réalisées sur les thématiques spécifiques liées au développement du secteur minier. Aussi, de donner la chance à la population centrafricaine de bénéficier des ressources de son sous-sol, en aidant le gouvernement à améliorer le climat des affaires aux différents niveaux investissements. Cette société civile a également besoin des appuis multiformes de la population, du gouvernement, des partenaires techniques et financiers œuvrant dans le secteur des mines en République Centrafricaine. La SCSM-RCA travaillera avec toutes institutions de l’Etat, des ONGs nationales et Internationales, sans oublier les institutions internationales de développement. Nous sommes la voix des sans voix », a-t-il déclaré.

Il a ajouté par ailleurs que les antennes préfectorales de la SCSM-RCA seront installées dans toutes les vingt préfectures, qui permettront à la SCSM-RCA de mieux évaluer les différentes activités menées sur le territoire national.                                                                                                                                               Pétrus Namkoina