Par une décision du 22 février 2022 signée du ministre de la Défense nationale Rameaux -Claude  Bireau, 81 éléments des FACA ont été radiés de l’armée pour plusieurs motifs. Cette radiation intervient après plusieurs plaintes de la population d’une part et des mises en garde de l’Etat-major des Armées de l’autre part.

Au moins 81 éléments des Forces armées centrafricaines (FACA) sont radiés des rangs de l’armée nationale pour différents motifs. Ceci, après une décision du ministre de la Défense nationale ; après avis du Conseil de discipline. Ils sont « raillés des contrôles de l’armée nationale et renvoyés dans leurs foyers ».

Selon la décision,  9 sont du bataillon amphibie (BA). Ils sont radiés pour absence chronique, rébellion et désertion en temps de paix.

Un sergent de BIT 2 a été aussi radié pour désertion en temps de crise. Sept soldats de BIT 4 sont aussi radiés pour désertion en temps de paix, atteinte à la sureté de l’Etat, abandon de poste à l’Etat-major des Armées, confiscation illicite d’arme de service avec chargeur garni, moralité douteuse, évasion en zone opérationnelle et braquage en main armée.

Au total 19 FACA sont radiés du BIT6.Ils sont radiés pour motif de : « désertion depuis 2020 jusqu’à ce jour et en connivence de certains avec la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC ».

35 sont du Bataillon de Soutien et de la Logistique (BSL). Ils sont radiés de l’armée pour désertion prolongé.

Trois sont du Bataillon des Forces Spéciales, radiés de l’armée pour désertion en temps de crise.

L’arrêté souligne que les intéressés sont déchus de tout droit à pensions et décorations, rayés des contrôles de l’Armée Nationale et renvoyés dans leur foyer.

Des sources de l’Etat-major ont ajouté que des militaires non-officiers du Bataillon d’infanterie territoriale n°8, en mission commandée à Bang dans la sous-préfecture de Ngaoundaye, ont été aussi raillés des contrôles de l’armée nationale et renvoyés dans leurs foyers. Motif : rançonnage sur les barrières érigées à Bang. Refus d’obtempérer à la relève, faisant usage de leurs armes de guerre entrainant la panique au sein de la population.

Depuis l’avènement de la rébellion de la CPC, plusieurs FACA avaient rejoint les rangs de cette rébellion.

Fridolin Ngoulou