L’archevêque de Bangui, qui avait accueilli le Pape François en 2015 pour une visite marquant le “prologue” du Jubilé de la Miséricorde, raconte dans un livre son parcours et son engagement pour la réconciliation de son peuple marqué par une guerre civile.

Le cardinal Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui en République centrafricaine, vient de publier avec la journaliste Laurence Desjoyaux un livre intitulé Je suis venu vous apporter la paix, paru aux éditions Médiaspaul.

Il y revient en détail sur son parcours de religieux spiritain, appelé à 42 ans en 2009 à la tête du diocèse de Bangui, où il a déployé une inlassable activité en faveur de la paix et de la réconciliation du peuple centrafricain, fracturé par une guerre civile. En créant la “Plateforme de Paix interreligieuse de Centrafrique” avec l’imam Omar Kobine Layama et le pasteur Nicolas Guérékoyaméné-Gbangou, le cardinal Nzapalainga a développé une méthode de prise de parole qui a permis de désarmer des miliciens et d’éviter que les affrontements ne dégénèrent en guerre de religion voire en génocide. Ses efforts ont été encouragés par le Pape François lors de sa visite à Bangui en novembre 2015.

Malgré les violences qui continuent à se produire dans plusieurs régions du pays, l’archevêque de Bangui, élevé à la pourpre cardinalice en 2016 et devenu alors le plus jeune membre du Sacré-Collège, continue à déployer son action ancrée dans l’Évangile et à en témoigner au-delà des frontières centrafricaines, dans le reste de l’Afrique et dans le monde. C’est à l’occasion d’un de ses passages à Rome que nous l’avons reçu, le vendredi 30 avril, dans les studios de Radio Vatican.

« Le passage du Pape a été comme une lumière qui arrive dans les ténèbres, car nous étions prisonniers de la violence, prisonniers aussi du désespoir, de l’angoisse, et on ne voyait pas par quel bout sortir de ce tunnel. Le Pape, en venant d’un autre pays, nous a rassemblés, nous a apporté la paix, nous a apporté l’espoir. Aujourd’hui, pour les gens, musulmans, protestants, catholiques, quand vous parlez du passage du Pape, ça a un sens », a-t-il témoigné.

« Quand la crise politique a commencé, musulmans, protestants, catholiques, nous nous sommes mis ensemble. Notre tradition est hospitalière, l’accueil de l’autre a une place, il n’y  a jamais eu de guerres de religion » dit-t-il.   

 https://www.vaticannews.va/fr/eglise/news/2021-05/cardinal-nzapalainga-centrafrique-temoignage-livre.html?fbclid=IwAR2e9KW-FZb3m_xqziYn6WJ5nx6iQdYMdJsaYbbLuN6yGnV2tnOk3gb7nQM       

 Cyprien Viet – Cité du Vatican