Le deuxième Sommet USA-Afrique s’est ouvert hier, mardi 13 décembre 2022 à Washington en présence du Président centrafricain, le Professeur Faustin Archange Touadera. Ainsi, en amont de l’ouverture de la rencontre, les Etats-Unis d’Amérique ont annoncé un investissement de 55 milliards USD au profit de l’Afrique au cours des 3 prochaines années.

Cette enveloppe servira à « aider les pays africains à financer surtout l’économie, la santé, la sécurité et le changement climatique » afin d’ « aider le continent à relever les défis dans un contexte marqué par de profondes mutations qui se traduisent des incertitudes économiques ».

Cet investissement est une occasion pour le gouvernement centrafricain dont le budget de l’exercice 2023 est inférieur à 300 milliards de FCFA. Il se voit donc obliger de convaincre ses partenaires au développement, notamment les américains pour profiter de sa part des 55 milliards $US afin d’améliorer la situation socio-économique de la population.

Pour cela, il est donc urgent de présenter à l’Oncle Sam des projets dans les domaines de la santé, de la sécurité et du changement climatique et non d’attendre que tout tombe du ciel.

L’« US strategy towards subsaharan Africa » :

Depuis aout 2021, l’administration J. Biden avait publié la nouvelle stratégie américaine en Afrique subsaharienne. Il s’agit pour les américains de limiter l’influence russe et chinoise sur le continent après le délaissement par Trump.

Ainsi, au sommet Etats-Unis – Afrique, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin n’a pas manqué d’accuser Pékin et Moscou de « jouer un rôle déstabilisateur sur le continent africain ». Il a fait remarquer lors d’un forum en présence de plusieurs présidents africains présents à Washington que la « Chine, (…), elle étend son empreinte sur le continent quotidiennement (…) et cela pourrait avoir un effet déstabilisateur», tandis que la Russie «envoie des armes et des mercenaires».

Junior Max Endjigbongo