Les cadres du ministère Chargé de la Justice, de la Promotion des Droits Humains et de la Bonne Gouvernance ont reçu vendredi dernier des mains du ministre d’Etat Dr Arnaud Djoubaye Abazene des lettres de mission, leur permettant de faire un pilotage stratégique, axé sur les résultats.

Depuis l’indépendance jusqu’aujourd’hui, à chaque fois qu’un ministre est nommé, il reçoit en principe  une  lettre de mission qui lui est adressée par le Chef du gouvernement après son passage devant l’Assemblée nationale pour obtenir le vote de confiance. Il décline alors sa politique publique en lettre de mission à chaque département ministériel. Mais, cela se limite souvent à ce niveau et c’est aux ministres de mettre en œuvre les lettres de mission et de rendre compte au Premier ministre, Chef du gouvernement.

Au ministère de la Justice, lors des missions menées en 2015 sur « l’audit organisationnel et fonctionnel du ministère de la justice » et en décembre 2020 pour « l’élaboration des lettres de mission et des tableaux de bord », l’absence de pilotage stratégique et de bonnes pratiques administratives avaient été mis en évidence, pour justifier les faiblesses  et le dysfonctionnement au sein de l’administration du ministère de la justice. C’est dans cette logique que le ministère a décidé de changer de cap pour adopter un pilotage stratégique avec plus de rigueur pour des résultats concrets.

Ce changement stratégique entre dans le cadre de la politique sectorielle de la justice. Cette politique comporte plusieurs axes notamment l’indépendance de la justice et la redevabilité des acteurs judiciaires, l’offre de  justice,   l’accès à la justice pour tous, le renforcement de la chaîne pénale et du système pénitentiaire ainsi que le respect des droits humains et la mise en œuvre de la Justice transitionnelle. C’est autour de cette dynamique que le ministère, avec l’appui de l’Union Européenne bénéficie d’un appui technique à travers l’opérateur Altair.

Le ministre d’Etat Dr Arnaud Djoubaye Abazene a souligné que son département ministériel a pensé qu’il va falloir marquer un arrêt pour voir comment mettre en œuvre et de manière plus efficace les lettres de mission pour les grandes orientations que le Premier ministre Chef du gouvernement sous l’autorité du Président de la République, Chef de l’Etat a eu à accorder à chaque département ministériel.

« Il a été décidé avec l’appui  de l’Union Européenne à travers le projet Altair  que la lettre de mission du Ministre d’Etat soit déclinée aux différents responsables du département, en commençant par le Directeur de Cabinet, les Chargés de mission, les directeurs généraux et les directeurs pour donner des indicateurs de performance à chaque responsable et leur dire que dorénavant, voilà comment nous devons travailler, voilà comment nous allons faire un pilotage stratégique, avec un tableau de bord. Ceci pour que chacun sache chaque jour, chaque semaine, chaque mois qu’il est tenu par l’obligation de résultats. Les  rapports périodiques doivent être remontés au ministre pour nous permettre d’avoir une idée sur la prestation de chacun. C’est de cette manière que nous devons faire en sorte que la justice joue son rôle dans le cadre de rétablissement de l’Etat de droit dont la lutte contre l’impunité », a justifié le ministre d’Etat Dr Arnaud Djoubaye Abazene.

Le ministère estime qu’en déclinant les lettres de mission pour chaque cadre, cela permettra de rendre plus efficace et plus dynamique le ministère de la justice et participer également à la lutte contre l’impunité comme l’a si bien dit le Président de la République de faire de la justice la colonne vertébrale de ce quinquennat et faire en sorte que la lutte contre l’impunité deviennent une réalité dans le quotidien de chaque citoyen centrafricain.

L’appui multiforme de l’Union Européenne à travers l’opérateur Altair est salué par le ministre d’Etat qui n’a pas caché sa reconnaissance. « Je voudrais remercier la délégation de l’Union Européenne à travers le projet d’assistance technique auprès du ministère de la justice et de la Sécurité Publique (Altair) pour l’attention particulière portée sur le ministère Chargé de la Justice, de la Promotion des Droits Humains et de la Bonne Gouvernance à travers les appuis multiformes et soutenus, indispensables à la mise en œuvre de la politique sectorielle de la justice, dans la perspective d’offrir  à la population un accès équitable au service public d’une justice de qualité, indépendante et impartiale sur toute l’étendue du territoire national », a lancé le membre du gouvernement.

L’appui technique de l’opérateur Altair pour l’élaboration de ces lettres de mission vient s’ajouter à une longue liste de soutiens techniques apportés au ministère de la justice, notamment l’opérationnalisation de son site web, l’élaboration du code de déontologie des magistrats et autres professionnels de la justice, l’élaboration de la maquette budgétaire et le lancement du processus du passage au budget programme ainsi que plusieurs actions de renforcement  des capacités.

Fridolin Ngoulou