La rentrée scolaire 2021-2022 est prévue pour le 18 octobre prochain. Pour ce faire, le gouvernement et les parents se mobilisent pour mettre les élèves dans les conditions requises pour favoriser le bon déroulent de cette année académique.

Dommage que certains enfants se retrouvent dans la situation de vulnérabilité à l’exemple des orphelins. Du coup, cela pourrait jouer négativement en matière de fourniture scolaire.

Dans cette catégorie, nous retrouvons les enfants des militaires tombés sur le champ de bataille lors des crises militaro-politiques que traverse la République centrafricaine. Nul ne doute que plusieurs porteurs de tenue ont sacrifié leur vie pour défendre la nation centrafricaine dans ces crises, laissant derrière eux des orphelins et des veuves.  Cependant, il est indispensable que leur famille soit suivie dans le cadre des assistances multiformes.

C’est ainsi que pour donner la chance aux enfants de ces militaires qui ont perdu la vie aux combats pour l’honneur de la partie, l’Association de la diaspora centrafricaine de France dénommée « Centrafrique d’abord » ou encore en sängö « Bê Afrikâ kozo si » a remis le mercredi passé à plus de 150 orphelins des militaires de kits scolaire. Ce kit est composé de l’ensemble de fourniture scolaire entre autres : des sacs au dos, des cahiers, des ardoises, des stylos, des crayons et autres paquets composés des chemises, pantalons et une paire de chaussure.

« Nous avons décidé de remettre cette fourniture à ces orphelins pour leurs monter que le pays ne les a pas abandonner. Leurs papas ont sacrifié leurs vies pour sauver les nôtres. Il certains militaires qui désertent parfois lors des combats. Alors ce qui ont accepté de mourir pour le pays, la république leur doit toute la reconnaissance et c’est que nous essayons de monter à ces enfants », a expliqué Marcelin Ndassira, président de l’association Centrafrique d’abord.

Toutefois, il précise que l’Etat doit tout faire pour soutenir ces orphelins de manière légale : « Dans certains pays, l’état assure la prise en charge des veuves et orphelins des militaires tués aux combats au nom de la patrie. Alors nous sommes en train de se battre pour que cela se fasse également en Centrafrique. Il est indispensable que le salaire de leurs pères soit versé jusqu’à ce que le dernier enfant devienne majeur. En outre, s’il y a de recrutement militaire, on doit les privilégier. Ils doivent devenir les pupilles de la nations centrafricaine ».

Devant ce geste de charité, ces orphelins leurs mamans pour certains et d’autres leurs papas (puisque ce sont leurs mamans qui étaient engagées comme militaires et qui sont malheureusement perdu la vie) sont remplis de sentiments de reconnaissance. C’est ce qu’explique Odette Dongoue-Nono, présidente de l’association des veuves et orphelins des militaires de Centrafrique : «  Nous nous réjouissons de ce cadeau très précieux. Offrir de fourniture scolaire aux orphelins est très significatif. Que le Dieu des orphelins et des veuves bénisse l’association Centrafrique pour ce qu’elle a fait pour nous. Nous leur témoignons nos reconnaissances ».

 Le Général de Division Léopold Bruno Izamo qui est la plus haute autorité militaire qui a rehaussé de sa présence à cette cérémonie n’a pas aussi caché sa satisfaction et affirme que le gouvernement est à pied d’œuvre pour régulariser la situation de ces orphelins et veuves : « Logiquement, il de mécanisme pour assurer la prise en charge des orphelins et veuves des militaires tombés aux champs d’honneur. Ceci dont l’optique de valoriser leurs prouesses et une manière de prouver que la nation les témoigne toute la gratitude. Les textes sont déjà en cours. Dans un bref délai, nous allons les rendre officiel ».

La cérémonie de la remise de ces fournitures scolaires est couplée avec la remise des layettes aux 39 veuves qui sont laissées enceintes par leurs défunts maris avant de se faire tuer. Ladite cérémonie s’était déroulée en présence des autorités administratives civiles et militaires. Le chef de l’État  Faustin Archange Touadera qui devait être présent à cette cérémonie s’est fait représenter par Romeo Gribingui, ministre contrôleur général du secteur parapublic.

L’association Centrafrique d’abord créée en février 2020 est une association des centrafricain(e)s basée en France. Il a pour objectif de rassembler en son sein, tous les centrafricains de France afin de réfléchir ensemble et trouver des solutions pour le bien être de tout un chacun. Ses domaines d’activité sont : le caritif, l’humanitaire avec des interventions au plan international, l’aide au développement et le développement du bénévolat.  

Brice Ledoux Saramalet